Y-a-t-il une place pour le vin au Brésil ?

Avec une consommation de 1,9 litres par personne et par an, on est loin des 60 litres de bière et des 20 litres de cachaça ! Mais le marché est en plein développement et le potentiel est énorme. Le vin rouge reste le vin préféré au Brésil.


Les signes de développement


-       les bars à vins commencent à faire leur apparition, ainsi que des rayons spécialisés dans les supermarchés.


-       la consommation de vin n’est plus réservée qu’aux seules fêtes comme auparavant, même si le vin est plus souvent consommé à l’extérieur du domicile.


-       les brésiliens voyagent de plus en plus ce qui influent sur leurs goûts en vins


-       les produits de meilleure qualité ont le vent en poupe.


-       le vin est réputé meilleur pour la santé et à ce titre intéresse les brésiliens sensibles au marketing des produits nutritionnels.


 Les obstacles


-       Le vin est surtout importé, 75 millions de litres par an majoritairement chiliens et argentins,  et les taxes augmentent considérablement les prix. Le vin français est à la 5ème place et s’adresse encore principalement aux amateurs à fort pouvoir d’achat.


-       En termes de production locale, le vin brésilien est  à la recherche de son identité : le vin national a une image médiocre, même si cela évolue.

Ciliablog