Un nouveau modèle de consommation : le tayloring et le up-to-you

New York permet de bien se rendre compte d’une des grandes tendances de consommation actuelle, la personnalisation ou le « up-to-you ». Pour aller plus loin, ces concepts correspondent au double besoin d’accompagnement et de liberté exprimé par les consommateurs actuels : Accompagnement puisque les clients choisissent sur une base existante, et liberté car ils adaptent le produit à leurs souhaits. Permettant donc à leurs clients de se sentir uniques, de plus en plus de marques ont vu là un excellent moyen de doper leurs ventes. Analyse à travers des cas concrets.








La personnalisation

De nombreux produits sont désormais personna- lisables : voitures, mobilier, et même nourriture avec les M&M’s.
Pour des raisons de rentabilité liée notamment aux volumes, c’est le canal e-commerce qui s’est principalement emparé de cette tendance.

• La marque emblématique Converse en fait aussi un enjeu d’image dans son flagship de Soho en mettant en scène la personnalisation des chaussures. C’est une de ses offres phares, à côté des modèles les plus pointus et rares. Lacets, formes, texture, dessins, couleurs sont personnalisables, 200 options graphiques sont disponibles chaque mois. Le principe est rodé : Après avoir choisi sa paire de converse nue, vous vous rendez à l’atelier au fond du magasin où vous choisissez sur IPad dessins, écriture… Les équipes sont également à disposition pour des demandes particulières. Le prix dépend du degré de personnalisation, mais est en moyenne de 75$ et le délai ultra-rapide de 2/3 jours (donc accessible également aux touristes de passage, bien vu !). La marque capitalise ainsi sur son image et permet à chacun de s’offrir des chaussures à la fois uniques et à la mode.









Le sur-mesure





Comme nous le remarquons de plus en plus souvent, les habitudes ou métiers d’antan deviennent des concepts marketing porteurs (un des exemples les plus représentatifs en étant la conciergerie). C’est le cas du sur-mesure qui réinvestit peu à peu le segment du prêt à porter, nous n’en sommes pas à une contradiction sémantique près ! A l’instar de la marque Tailor Corner en France et du nouveau service Tailoring de Hugo Boss, à New York aussi la démocratisation du sur-mesure est en marche. Grâce à la technologie, au digital, à des outils permettant la prise de mesure rapide, la confection du sur-mesure s’industrialise et conquiert un nouveau marché milieu de gamme.



Principalement consacré aux hommes et aux costumes pour le moment, les marques de vêtements féminins devraient s’engager très vite dans la course.


• Le magasin Levi’s dans Meatpacking district propose un service haut de gamme de jeans fait à la commande. Pour un prix compris entre 450 et 750$, les esthètes du jeans ou les amoureux aisés de la marque historique s’offrent le jean’s qui leur va parfaitement, avec la toile, la forme, les rivets, la couleur de fil, le type de revers de leur choix. Tout est fait à la main, en utilisant des outils anciens, avec un soin et un sens du détail impressionnants. Le client récupère un jean’s sur-mesure, numéroté à la main, dans une pochette en tissu estampillé « Quality Taylor ». Du luxe discret pour un morceau d’histoire de la marque !







Ciliablog