Ciliablog

Veuillez sélectionner un thème
Réagir
Comprendre
Ciliactus

Ciliactus


Marketeuses dans l'âme, nous avons décidé de quitter les grandes entreprises dans lesquelles nous évoluions pour être plus proches des réalités des entrepreneurs, aider pragmatiquement les PME, devenir un partenaire de proximité des entreprises et les accompagner. Découvrez par les petites news de Ciliactus notre actualité et celle de nos clients !

Comprendre


La pédagogie fait aussi partie de notre rôle : notre intervention n'est valide que si vous la comprenez et y adhérez.
Cela contribue en outre à développer une culture marketing durable et bénéfique au sein de votre entreprise.
Vous trouverez ici différents articles vous permettant de mieux appréhender le marketing.

Réagir


Rester curieuses, s'interroger, regarder et… Réagir ! Lisez au travers de ces articles notre analyse, notre point de vue sur la stratégie ou les choix marketing d'entreprises, sur l'actualité des marques et tout ce qui concerne le marketing de près ou de loin, d'ici ou d'ailleurs !

Tema galerie
Ciliabule se lance dans l’art !

Vous connaissez l’art premier océanien ? Ciliabule a découvert avec plaisir cet art tribal en accompagnant Julie Auclair, la propriétaire de la très jolie Galerie Tema située à Paris dans le 9ème arrondissement. Une galerie-atelier qui propose des objets d’Océanie et des peintures aborigènes uniques, ainsi que des solutions de décoration destinées à mettre en valeur ces œuvres dans les intérieurs des clients : décoration autour d’une œuvre, l’art océanien en extérieur, défiscalisation de toiles d’artistes contemporains, location etc. Depuis plusieurs années, Tema Galerie renouvelle l’approche de ces œuvres d’art pour permettre à tous de poser sur elles un regard sensible et familier.


C’est un accompagnement marketing en plusieurs étapes que Ciliabule a mené : dans un premier temps, un audit marketing avec plan d’actions visant à détecter les opportunités à saisir pour ce concept à mi-chemin entre la galerie et la boutique de décoration.


Résultat : de nouvelles offres de service élaborées, une nouvelle stratégie de communication, la refonte du site web de Tema, un accent mis sur la communication clients.
Convaincue par la valeur ajoutée que lui apporte un regard extérieur, Tema Galerie a décidé de poursuivre l’aventure avec Ciliabule et nous allons accompagner Julie Auclair tout au long de l’année. Notre mission sera de la conseiller dans ses opérations commerciales et marketing, l’assister dans sa stratégie éditoriale et réseaux sociaux, et servir d’appui régulier pour permettre à cette passionnée de se dégager du temps.

Grands groupes ou petites structures, renfort d’équipe ou externalisation complète, chacun trouve la solution qui lui convient à travers les offres Ciliabule. C’est cette souplesse d’intervention qui nous permet de convaincre des clients aussi variés. Et au final de travailler dans de multiples secteurs d’activité pour établir des passerelles marketing, importer des bonnes pratiques, challenger les habitudes et aboutir à des résultats à la hauteur des enjeux de nos clients !
Lire la suite
Marketing d’influence : retour sur la success-story de Daniel Wellington
Le marketing d’influence, c’est un peu LE sujet du moment, amené par les nouvelles générations, les nouveaux usages et habitudes des consommateurs. Ce phénomène semble prendre une place grandissante dans les stratégies des entreprises, amenant une remise en question des outils utilisés. Pour mieux comprendre, retour sur la success-story de la marque de montres suédoise Daniel Wellington, qui s’est différenciée par une stratégie de communication qui s’appuie principalement sur le marketing d’influence.



Comment une marque de montres a-t-elle pu atteindre un tel niveau de notoriété en quelques années sans passer par les médias traditionnels ?

L’origine de l’entreprise, créée en 2011 par Filip Tysander, viendrait de la rencontre entre le créateur et un homme anglais qui portait un bracelet en nylon tissé. C’est ce détail qui aurait retenu l’attention de l’entrepreneur et qui par la suite devint la marque de fabrique de Daniel Wellington : le bracelet NATO (en nylon tissé, créé pour la marine anglaise dans les années 60), interchangeable à volonté.

En terme de positionnement, la marque reprend les codes des entreprises de luxe, avec par exemple son site internet aux lignes épurées tout comme ses produits. Une image de marque luxueuse mais avec un prix en décalage : les modèles restent abordables avec des tarifs qui commencent à moins de 100€, s’expliquant par une fabrication localisée en Chine.

C’est par sa communication que Daniel Wellington s’est très nettement différencié en étant totalement absent des médias et des canaux de publicité traditionnels : aucune publicité dans la presse, aucun spot TV !
La stratégie choisie est de privilégier un seul canal : les réseaux sociaux, avec une présence massive, notamment sur Instagram. Alors que les autres marques utilisaient jusque lors les réseaux sociaux comme simple vitrine, l’entreprise suédoise a décidé de s’y plonger complètement, d’être active en interagissant avec les utilisateurs, fans ou futurs consommateurs.

Pour toucher cette clientèle, Daniel Wellington a mis en place deux stratégies :

1) le recours massif à l'User Generated Content (le contenu produit par un utilisateur). Pour faire simple, 90% des photos sur le compte de la marque sont reprises des posts des utilisateurs. Instagram devient une énorme base d’images, reprises gratuitement pour promouvoir les produits.

2) la création de partenariats commerciaux avec des blogueurs et influenceurs afin de bénéficier du pouvoir de prescription qu’ils exercent sur leur communauté. Les partenariats consistent à demander aux « célébrités du net », en échange d’une montre reçue gratuitement, de poster des photos et de partager un code promotionnel avec leurs nombreux followers. Une opération répétée plusieurs centaines de fois, avec des influenceurs des 4 coins du monde, et qui répond a un double objectif : apporter de la visibilité mais aussi du trafic vers le site internet et son e-shop, afin de générer des ventes.

En focalisant sa stratégie marketing sur les réseaux sociaux, Daniel Wellington définit clairement les millenials, généralement férus de digital, comme son cœur de cible. En 6 ans, la marque a su se faire un nom grâce à une stratégie digitale avant-gardiste qui depuis a été reprise par de nombreuses enseignes.

Faire appel aux influenceurs sur les réseaux sociaux est devenu de plus en plus courant pour les marques. Certaines vont jusqu’à, elles-mêmes, créer des comptes ne servant qu’à contacter un maximum de personnes pour leur proposer un partenariat. Un comportement qui peut être vu comme une course à la visibilité, au détriment peut être d'une recherche plus ciblée et précise. L’utilisation des influenceurs à outrance peut parfois produire l’effet inverse car les utilisateurs se retrouvent pollués de publications mettant en avant les mêmes produits. Le risque étant qu’ils remettent en cause ensuite la sincérité des avis voire qu’ils évitent totalement le produit.

 

Ciliabule analyse Lush, la marque ambassadrice du marketing sensoriel
Lire la suite
Le calendrier de l’avent comme outil marketing

Les fêtes de Noël ont, pour toutes les marques, un enjeu particulier. Alors pour surfer sur la vague de ce moment féérique et faire durer le plaisir, beaucoup d’entre elles ont lancé des calendriers de l’avent. Une aubaine pour commencer les festivités en avance !


 


Le calendrier de l’avent est passé d’une tradition religieuse à un outil marketing bien aiguisé par les marques. Pour cela, il s’est refait une beauté afin d’adopter un design attrayant et s’est adapté à toutes les cibles. Depuis quelques années on peut trouver des calendriers jouets, confiseries, cosmétiques et même à base de bières. Ce concept est le support marketing idéal pour entretenir une relation de proximité avec ses clients qui intègrent la marque dans leur quotidien durant 1 mois. Et ça tombe à pic au moment des courses de Noël ! Rien de mieux que le calendrier de l’avent pour faire tester de nombreux produits et fidéliser les utilisateurs par une bonne connaissance de la gamme.
Considéré comme un achat coup de cœur et personnel, il ne rentre pas dans le budget des cadeaux de Noël. Une occasion de plus pour augmenter le panier moyen en cette période charnière de l’année durant laquelle toutes les marques tentent de gagner en visibilité. Et voilà encore un moyen de communiquer de manière virale à moindre coût. Mis en avant chez les clients et sur les réseaux sociaux, le calendrier de l’avent ne passe pas inaperçu.


 

Reste à savoir si cette expérience de consommation permet encore de se démarquer de la concurrence ? Développé par de nombreuses marques, le produit est dorénavant un must have dans sa gamme plutôt qu’une idée originale pour se différencier. Certaines marques ont même lancé plusieurs calendriers pour varier les plaisirs et les prix.


Alors, qui sera le premier à lancer le calendrier de l’ « après » ?

L’avis de Ciliabule 
- Un bon moyen de présenter une gamme de produits et de faire tester des nouveautés
- Une idée déclinable dans de nombreux secteurs
- Un coût de fabrication assez élevé
- Ne pas hésiter à varier les propositions : les cases peuvent offrir des choses différentes, et il n’est pas obligatoire d’en mettre 24 !

 

Une autre tendance marketing décryptée par Ciliabule !
Lire la suite
Meuble dérivé de Henry pour Ciliabule
L’offre marketing créateur d’entreprise et start-up de Ciliabule au service d’Atelier Emmaüs

Atelier Emmaüs est une idée comme on les aime qui associe engagement et design. Cette Maison d’Édition d’un nouveau genre propose des meubles conçus par des designers professionnels et fabriqués par les compagnons d’Emmaüs. Ces derniers sont accompagnés pour acquérir des techniques et du savoir-faire dans un objectif de réinsertion professionnelle. Le petit plus : les matériaux sont récupérés au sein des communautés Emmaüs. C’est donc un projet ancré dans une démarche sociale et solidaire.




Afin de concrétiser ce beau projet, Atelier Emmaüs a fait appel à Ciliabule pour construire et positionner son offre BtoB et BtoC. Dans une démarche de création d’entreprise et d’accompagnement marketing, Ciliabule a aidé Atelier Emmaüs à construire sa gamme de produits et à définir son prix et ses canaux de distribution. Durant plusieurs mois, Ciliabule et Atelier Emmaüs ont travaillé en étroite collaboration pour mettre en musique l’offre de manière adaptée aux différentes cibles.


Des groupes qualitatifs ont été mis en place pour se confronter à des cibles potentielles. Ce qui a permis au meuble phare Henri, le premier produit de la gamme, de se perfectionner, de déployer ses atouts et d’en séduire plus d’un !


Aujourd’hui, la boucle est bouclée et Ciliabule est fière de vous présenter son meuble sur-mesure, dérivé de Henri, conçu spécialement pour ses locaux dans le cadre de l’offre BtoB, en collaboration avec le designer Joahny Sapet.


Ciliabule a contribué avec enthousiasme à cette transformation souvent périlleuse de l’idée en marché. Son intervention marketing terminée, l’agence souhaite à Atelier Emmaüs toute la réussite qu’il mérite !

 

 

A lire également, Ciliabule a récemment remporté un appel d’offre pour Boursorama !
Lire la suite
Ciliabule pour boursorama
Ciliabule en mode gestion de projet pour Boursorama

Ce sont deux projets d’ampleur pour le compte de Boursorama que Ciliabule va conduire, après avoir remporté un appel d’offres lancé par celle qui a été classée la banque la moins chère en 2017 pour la 9ème année consécutive :



  • la refonte du site corporate du groupe Boursorama destiné à présenter les activités du Groupe, pour une cible de journalistes et candidats principalement

  • la refonte de l’intranet afin d’améliorer l’outil existant


Ce qui a conduit Boursorama à choisir Ciliabule ? Sa vision marketing des enjeux, sa méthodologie de gestion de projets et la complétude des solutions proposées, en partenariat avec IDO-In pour les aspects techniques.



boursorama

Sur la base d’un audit de l’existant et d’un benchmark de la concurrence, Ciliabule a su faire preuve d’une compréhension fine des besoins, d’une vision orientée utilisateur pour proposer solution technique, contenus, graphisme au service des objectifs et arborescence. Autre parti pris fort : travailler en étroite synergie avec les équipes en les associant par le biais d’interviews et de groupes de travail, afin de faciliter l’appropriation et l’adhésion à ces outils. Leur déploiement est prévu courant 2018.

Avoir été choisie par Boursorama illustre notre capacité à séduire les grands groupes en les aidant ponctuellement lors de périodes intenses d’activité et de nouveaux projets. Et cela légitime notre approche marketing globale au service des véritables enjeux des entreprises, en nous entourant dès que besoin de partenaires fiables. Ciliabule est donc ravie d’accompagner Boursorama dans ces chantiers et de contribuer à la mise en place de ses 2 nouveaux outils au service de ses ambitions externes et internes.

Effet connexe : nous avons ainsi eu l’occasion d’embaucher Lucie, stagiaire qui nous aide depuis 6 mois et elle fait désormais partie de l’équipe Ciliabule. Bienvenue à elle !



 
Lire la suite
La formation marketing idéale pour les créateurs d’entreprises et start-ups

En tant que créateur d’entreprise ou jeune start-up, vous avez besoin de maîtriser la démarche marketing pour faire aboutir votre projet dans les meilleures conditions de succès. Spécialistes du marketing de la création d’entreprise, Ciliabule vous guide à chaque étape, de l’approche du marché jusqu’à votre plan d’actions marketing.


Infographie formation_Ciliabule

 

Notre accompagnement vous aidera à :




  • acquérir les méthodes et outils de conception des produits et services

  • optimiser le mix-marketing de votre offre dans un environnement mouvant

  • maîtriser l’ensemble de la démarche marketing pour faire naître, lancer et faire vivre votre idée


Via des séances de travail régulières, cette formation adapte les apports théoriques à votre projet. Vous êtes guidé dans les étapes à franchir, obtenez les réponses qui vous manquent, acquerrez les réflexes marketing et optimisez la mise sur le marché de votre offre.


Une formation sur-mesure construite autour de 5 axes :




  • Appréhender l’environnement et la concurrence par le biais d’études marketing quantitatives et qualitatives, d’analyses de marché, d’études de l’environnement concurrentiel et du comportement du consommateur

  • Segmenter le marché et définir son positionnement en réalisant un diagnostic marketing en BtoB et en BtoC, les règles d’or d’un bon positionnement

  • Construire un mix-marketing gagnant en définissant votre offre, votre tarification ou vos canaux de distribution, jusqu’à la creation de la marque

  • Définir le plan de lancement du produit/service, du plan d’actions commerciales au web marketing

  • Décliner le plan d’actions commerciales avec des objectifs, un suivi, une mesure et budgétisation pour mener à bien des actions opérationnelles (emailing, réseaux sociaux, communication…)


Grâce à cette formule souple, vous avancez sur votre projet de création d’entreprise en ayant un référent marketing. Vous apprenez à maîtriser l’ensemble de la démarche marketing pour mener votre projet de l’idée au marché. Budget adapté à cette phase de démarrage, gain de temps à une période clé de votre projet, accompagnement pour briser l’isolement du créateur, soutien rassurant de spécialistes du marketing de la création d’entreprises, une formation pratique et concrète qui a déjà séduit une vingtaine de porteurs de projets.


Déclaration d’activité enregistrée sous le n° 84691486669 auprès du préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes


 
Lire la suite
Click and Fit, une innovation distribution tournée vers le retour client

À l’heure où le digital prend une place considérable dans les habitudes de consommation, la distribution tente de suivre le pas. Les clients sont à la recherche d’expériences d’achat et d’inédit, tout en maintenant un haut niveau d’exigences.


Pour répondre à cette demande, le cross canal, les magasins éphémères, les livraisons à domicile et autres innovations se multiplient. C’est notamment le cas du Click and collect, devenu un moyen de distribution courant, avantageux pour les consommateurs, aussi bien que pour les marques. Les clients sont sûrs de trouver le produit cherché, de gagner du temps et d’éviter les frais de livraison. Quant aux marques, elles s’assurent une meilleure connaissance de leurs clients, un trafic plus important en magasin et sur leur site internet.
En parallèle se sont également développées les boxes beauté à abonnement, déclinées pour tous les goûts et toutes les envies.


cliandfit 1









Le petit nouveau

Et entre les deux se trouve Clic and Fit, une entreprise française qui propose un shopping à la maison. Loin d’être une réunion Tupperware, c’est le moyen de « rester tendance pour une femme occupée ». Mais dans les faits, comment ça marche ?

Ciliabule a commandé sa boxe pour répondre à vos questions !


cliandfit2

Le principe est simple : après avoir créé un compte, il suffit de compléter son profil et de répondre à quelques questions sur sa morphologie, son budget et son style. Quelques jours après la commande, une boxe arrive contenant 5 articles sélectionnés par un styliste, accompagnés de fiches conseils pour assortir les pièces avec des basiques. Il ne reste alors qu’à faire son choix, conserver et régler les articles qui plaisent et renvoyer le reste dans une enveloppe pré-adressée sans frais. Dernière étape : notifier sur le site ce que l’on garde, en argumentant, pour que le choix soit encore plus adapté à la prochaine commande.


Notre avis
Ce moyen de distribution inédit est un bon compromis entre le shopping en ligne et en boutique. Outre l’effet surprise et personal shopping, il offre à la cliente le luxe d’essayer chez elle, sans engagement d’achat ni frais de livraison. Mais c’est avant tout une façon pour la marque de mieux connaître ses clientes grâce au feedback après chaque commande. L’idéal pour adapter l’offre, de répondre au besoin de chacune d’entre elle de manière personnalisée afin de les fidéliser. Car plus la cliente est fidèle, plus sa boxe tape dans le mille et plus les ventes augmentent…

Alors, à quand la boxe Clic and Fit pour les hommes qui souhaitent parfois en finir avec la corvée du shopping ??!!

Lire la suite
Lush, la marque ambassadrice du marketing sensoriel

Lush est une marque anglaise qui commercialise des produits cosmétiques (shampooing, savons, etc...) fabriqués à la main, et avec des ingrédients frais. L’entreprise est très engagée : elle milite contre les tests sur les animaux, soutient financièrement des associations en leur reversant les profits réalisés et promeut également des valeurs écologiques.


Quelle stratégie marketing a été choisie par cette marque plébiscitée par les jeunes consommatrices pour affirmer son positionnement ?
Lush n’organise pas de campagnes publicitaires,alors quels leviers la marque actionne-t-elle ?


Logo lush



Éveiller les sens du consommateur


La marque mise avant tout sur un marketing sensoriel afin de séduire le consommateur, susciter une émotion qui le poussera à l’acte d’achat. Le consommateur n’acaquiert alors plus la marque mais une expérience complète, mémorable et personnelle, de la boutique à l’utilisation des produits :


  • The-New-Lush-Cosmetics-Shop-and-Spa-in-Queen-Street-CardiffLes magasins sont repérables à leur odeur qui embaume les alentours des boutiques et ses, attirant les consommateurs



  • Une fois passé la porte, c’est le regard qui est sollicité : il n’est question que de couleurs vives, de formes gourmandes et inédites. Le merchandising a été savamment étudié et les produits sont mis en scène comme dans une épicerie fine : vente au kilo et à la découpe pour certains articles.


  • Rien n’est mis sous verre, les clients sont libres de toucher et d’essayer les articles. Des bassines sont mises à disposition pour essayer les bombes de bain, gels douche ou masques. Chacun peut donc se rassurer en essayant au préalable un produit, le marketing d’expérience est un autre élément essentiel dans une boutique Lush

  • Aucune musique n’est diffusée dans le magasin. À la place, les vendeurs sont incités à parler entre eux et avec les clients, ce qui influe positivement sur les chiffres de vente.


  • Faire voyager les sens grâce au spa


    Depuis mai 2012, Lush a ouvert à Paris un Spa, proposant ainsi une nouvelle offre autour du bien-être et de la détente à ses clients de la capitale. Nouveau dada des marques de cosmétiques ces dernières années, un spa incarne l’expertise de la marque à travers de soins souvent inédits. L’idéal pour accroître de manière forte sa notoriété, communiquer différemment, créer l’événement, et faire tester les produits. Une manière indirecte mais rodée de booster les ventes au sein des boutiques de détail.



    Une entreprise qui se revendique engagée et éthique


    CharityPotwLidLa chaîne monte ses propres filières, les plus naturelles et équitables possibles, et évite le packaging. La marque propose par exemple de recycler les pots des produits utilisés, ainsi que la vente des «Charity pot» dont 100% du prix d’achat est reversé à une association caritative locale qui défend l’environnement, la protection des animaux ainsi que les droits de l'Homme. Lush a donc suivi un positionnement qui a déjà fait ses preuves chez The Body Shop notamment.


    Elle sait en outre parfaitement utiliser les codes de son cœur de cible via l’animation d’une vraie communauté sur les réseaux sociaux autour de son hashtag « #lushtime » et des influenceurs. Enfin, elle cultive un certain décalage dans ses codes de communication comme dans ses noms de produits pour enrichir son univers de marque.


    La marque anglaise maîtrise clairement les leviers qu’elle utilise. Mais la question de sa légitimité pourrait apparaître. Car l’utilisation d’ingrédients « frais » et ses engagements ne pourront peut-être pas éternellement justifier les prix pratiqués, dans un environnement de plus en plus concurrentiel…

    Lire la suite
    Du thé au café, il n’y a qu’un pas !

    Le thé, boisson la plus consommée au monde après l’eau, est un marché en pleine expansion et les géants du secteur sont toujours en quête d’innovation face à une concurrence toujours plus importante. Tour d'horizon de ce phénomène...




    ThéDernier exemple en date, Danone s’est associé à Kusmi tea pour un co-branding d’offre de thé infusé sous le nom Evian Infused x Kusmi. La surprise de ce co-branding ? Jamais deux marques leaders sur leur marché respectif, l’eau et le thé, ne s’étaient associées pour créer une boisson de thé blanc mélangé à de l’eau minérale naturelle. Distribuée dans des lieux de restauration premium à emporter, au rayon snacking, sur le site « Evian chez vous » ou encore dans les boutiques Kusmi Tea France, le but est de renforcer la notoriété d’Evian tout en profitant du savoir-faire de la célèbre marque de thé. Preuve que le segment est porteur, Coca-Cola prévoit de lancer cet été sa propre boisson bio au thé, Honest Tea.


    twg-thé


    Du côté de Singapour, il est impossible de parler de thé sans évoquer la marque de thé TWG, quasiment inconnue de ce côté du globe mais dont les codes s’apparentent étrangement à certains leaders mondiaux du secteur. TWG, enseigne pourtant très jeune (elle a été créée en 2008 !), a rapidement connu le succès, jusqu’à ouvrir sa première boutique au sein du Raffles, palace emblématique de Singapour. Cet hôtel mythique ne pouvait pas mieux correspondre à l’esprit de l’entreprise tant il revêt le style des anciennes colonies britanniques et embarque le consommateur dans son univers luxueux.




    TWG n’est pas devenue une marque forte par hasard, mais grâce à une stratégie marketing minutieusement appliquée :


    • Une gamme large de 100 références d’un produit soigné qui met en avant l’origine des thés, le traitement des feuilles, les mélanges originaux portés par des noms évocateurs

    • Un packaging raffiné qui fait la part belle aux explications et devient objet de décoration

    • Des prix élevés positionnant le thé comme un produit d’exception

    • Une expérience magasin raffinée avec du personnel spécialisé qui traite le produit avec tout l’égard qu’il est censé mériter, un service haut de gamme tout au long du parcours client et un salon de thé

    • Des accessoires parfois faits en or ou en platine pour accentuer l’aspect luxueux de la marque, la décliner et multiplier les occasions d’achats

    • Une diversification sur des produits alimentaires type macarons afin de surfer sur l’attrait des asiatiques pour cette pâtisserie devenue le symbole de l’art de vivre français


    Un accent mis sur le M- et le E- commerce pour conserver le lien avec les clients et ne rater aucune occasion de vente.

    Lire la suite
    Le café, un marché en pleine expansion
    Le café est devenu un marché alléchant pour les enseignes, surtout en France où il est devenu l’un des plus porteurs, et pour cause : il est disputé par Starbucks, Columbus Coffee, Illy Café, Costa, Leonidas et même la Brioche Dorée ! Ce goût prononcé pour le café n’est pas récent mais les prises de conscience sociétales concernant l’impact du soda sur la santé jouent en sa faveur. De nouvelles tendances se dessinent : nouveaux goûts avec des latte au caramel et nouveaux modes de consommation avec un café à emporter, rendant la vente à emporter le moyen préféré de consommation pour 27% des personnes.

     

    cafe_singapour_ciliabuleCe marché suscite désormais toutes les convoitises, notamment celles du géant américain Starbucks dont les boutiques sont devenues le lieu de prédilection des 12-25 ans, résolument fan
    s du style américain de l’enseigne et qui se sont remis au café. Face à lui, et en retard, Coca-Cola. La marque avait déjà tenté de lancer le coca mixé avec du café, sans succès. Elle s’est engagée dans la reconquête du marché avec du café en bouteille prêt à boire sous la marque Gold Peak. Mais il ne sera pas simple de rattraper l’avance importante prise par Starbucks et son image forte, à travers ses nombreuses références de Latte et autres Frappuccino.
    Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, l’Asie, et plus précisément Singapour n’est pas en reste lorsqu’il s’agit de consommer du café. Les jeunes singapouriens, influencés par les modes internationales, raffolent de cette boisson de qualité qu’ils ont appris à connaître et à apprécier.

     

    Pour pousser les habitants de la cité-État à découvrir de nouveaux lieux et les éloigner des mastodontes internationaux comme Starbucks, une approche originale du programme de fidélité a fait surface : des indépendants ont élaboré une carte d’infidélité avec, à la clef, une récompense une fois la carte terminée. Mais cet engouement pour le café ne réjouit pas tout le monde...

     

    Pour en découvrir davantage sur l'expérience de Ciliabule à Singapour, c'est juste ici !
    Lire la suite
    Zoom sur le Groupe Galeries Lafayette

    Les Galeries Lafayette sont en pleine mutation : après avoir digitalisé son célèbre magasin du boulevard Haussmann, l’enseigne a débuté la rénovation de 30 de ses points de vente, évolution indispensable pour endiguer la baisse régulière du marché français de l’habillement.


    galeries_lafayette


    Cette mutation a entraîné la fermeture de deux magasins peu rentables avec l’objectif de limiter les pertes. Néanmoins, face aux défis que doivent relever les Galeries Lafayette, un simple rajeunissement de leur image n’est pas suffisant pour plaire au plus grand nombre, notamment face à la bataille à mener face à l’e-commerce.


    La clé ? Offrir une expérience d’achat différente pour renouveler et attirer à nouveau une clientèle qui délaissait les magasins physiques. Les nouveaux magasins Galeries Lafayette sont pensés comme des maisons chaleureuses et ouvertes. Ils suivent ainsi les tendances lancées, entre autres, par la marque Sézane et son « Appartement Sézane ».


    La mutation ne s’arrête pas là et la nouvelle stratégie tient en 5 points essentiels :




    • Investir en permanence dans son navire amiral du boulevard Haussmann sans chercher à copier le Printemps qui, lui, mise tout sur le luxe (et souffre dès que la clientèle étrangère se raréfie) : rester le temple de la mode à tous les prix, de l’accessible au très haut de gamme

    • Ouvrir, le plus souvent en partenariat avec des investisseurs locaux, des grands magasins à l’international comme à Berlin, Dubaï, en Chine ou en Indonésie pour capitaliser sur un nom qui rime avec le chic à la française

    • Redéployer les magasins de province avec cessions de certains d’entre eux, et relancer la fréquentation en accueillant des enseignes de jouets, de produits cultures et de distribution alimentaire notamment

    • Accélérer sur le e-commerce que le groupe a laissé de côté et rattraper son retard à coups d’acquisitions externes : rachat d’instantluxe.com (spécialiste de la vente de produits de luxe de seconde main) en juin 2016, et en septembre de la même année de Bazarchic (numéro 4 des ventes privées événementielles après vente-privee.com, showroomprive.com et brandalley.fr). À la clef, un fichier de 6,4 millions de membres pour permettre aux Galeries Lafayette de faire un joli bond en matière de ventes en ligne et de disposer d’un terrain de jeu à 360°

    • Miser sur le digital : connivence et exclusivité sur Facebook, informations et SAV sur Twitter, l’envers du décor sur Instagram, génération de trafic via des tableaux des must have sur Pinterest, push de sujets mode et beauté sur Google+. Une stratégie éditoriale claire pour aider à atteindre l’objectif de 10% de son activité réalisée à travers son site web en 2020 et alimenter sa stratégie web-to-store.


    Les Galeries Lafayette à la Singapourienne


    Ciliabule a pu, lors de son voyage à Singapour ayant pour but de s’inspirer des bonnes pratiques marketing, découvrir et décrypter les Galeries Lafayette made in Singapour, la fameuse enseigne Tangs. Temple du shopping de Singapour, comparable à Bloomingdale’s à New York ou Selfridges à Londres, situé sur les Champs Élysées locaux, Orchard Road, Tangs affiche une stratégie ambitieuse pour reconquérir des consommateurs qui avaient délaissé l’enseigne.


    Tangs avait en effet pris la décision de se repositionner sur un axe branché et luxe. Face à des ventes en baisse, Tangs cherche désormais à rendre les magasins plus accessibles à une clientèle locale et internationale et à améliorer l’expérience utilisateur à travers un service exigeant, une offre unique et des événements forts. Moderniser passe donc par :


    singapore-431421_1920




    • Adapter l’offre par catégories de produits : par exemple, étoffer la gamme de robes car les femmes portent peu de pantalons en raison du climat

    • Privilégier les marques abordables en sachant que l’effet marque joue beaucoup sur les singapouriens qui accordent une grande importance à la mode et à l’image qu’ils renvoient

    • Ajouter une offre de maquillage et de soin du corps qui vise à créer un trafic permanent

    • Proposer un programme de fidélité qui concerne 300 000 porteurs de carte sur les 5,4 M d’habitants, dont 1,4 M d’expatriés qui vivent à Singapour

    • Miser sur le canal digital avec le lancement du nouveau site Tangs.com en novembre 2015 pour offrir une meilleure expérience clients

    • Investir dans des vitrines animées et décorées qui mettent en scène les produits et projettent l’univers du magasin

    • Présenter des sélections thématiques de produits pour renouveler facilement l’offre, créer du trafic, susciter le coup de cœur et attirer les clients au dernier étage du magasin en les faisant passer par tous les autres !

    • Rebondir sur des événements phares avec les éléphants décorés, reproduits en petit format et en édition numérotée. Ils sont inspirés de l’Elephant Parad qui a sillonné l’Asie au profit de la préservation des pachydermes

    • Proposer des collaborations originales qui positionnent l’enseigne comme un magasin pointu, et qui mettent le design européen à la portée des Singapouriens


    Tangs est aujourd’hui à l’image des nouveaux centres commerciaux qui fleurissent à Singapour : imposant, luxueux et rutilant… Mais pour se différencier, Tangs fera-t-il a nouveau le choix d’un revirement stratégique ?


    Pour lire un autre article, cliquez ici.

    Lire la suite
    Encore une étape de franchie pour « Henri », le projet de l’Atelier Emmaüs !

    Les aventures les plus belles sont celles qui se cherchent, se testent, évoluent et franchissent des étapes. Ciliabule est fière de participer à l’avancement du petit meuble « Henri », ce beau projet qui mêle solidarité et design. Dessiné par des designers professionnels, fabriqué à partir de chutes de panneaux de bois récupéré au sein de communauté Emmaüs, servant de parcours de formation aux  compagnons, il est la première pièce de la gamme de mobilier de cette maison d’Édition d’un nouveau genre. En plus d’être joli, il est contemporain, utile et trouve sa place partout dans la maison.


    Atelier Emmaus


    Après s’être confronté au public du salon Primevère à Lyon, à la Biennale du design à Saint-Etienne, « Henri » est maintenant en phase de test. En quatre mois, Henri est devenu grand : ses finitions gravées sont élaborées, ses nouvelles couleurs sont choisies… Et le petit meuble s’est récemment mis à nu lors d’un groupe qualitatif de cibles potentielles pour encore s’améliorer !


    Les bonnes nouvelles s’enchaînent puisque un projet d’aménagement de bureaux pour d’autres clients de Ciliabule est en cours, et que nous avons nous aussi mandaté les designers pour concevoir un projet sur-mesure pour nos locaux !


    Ce beau projet de l’Économie Sociale et Solidaire est une jolie rencontre pour Ciliabule. Alors nous continuons à préparer la vente BtoC avec toute l’équipe de l’Atelier, afin que chacun puisse avoir Henri et ses futures déclinaisons chez soi très bientôt !


     
    Lire la suite
    LVMH à la conquête de l’e-commerce

    À Singapour, tout détonne ! Considérée comme un modèle de développement, la Cité-État ne déroge pas à sa réputation et s’engage dans une profonde mutation où les gratte-ciel côtoient de vieux hôtels de légende comme le Raffles.


     

     

    ciliabule_singapourTroisième ville la plus chère du monde, troisième PIB par habitant le plus élevé et destination privilégiée par les expatriés mondiaux, Singapour a tout pour attirer les enseignes de luxe comme Louis Vuitton. C’est précisément cette destination qu’a choisi la Maison de luxe pour implanter pour la toute première fois en Asie du Sud-Est un mélange de magasin, de musée, d’architecture et de lieu de patrimoine. Par son architecture, la construction imaginée par l’architecte Moshe Safdie est époustouflante : composée de verre et de fer, on dirait un origami posé sur la baie ou, un bateau s’apprêtant à lever l’ancre… Dans cet univers, le client devient un explorateur et vit une expérience allant bien au-delà du magasin de la Maison.

     

    La modernité et la tradition font partie de l’ADN de la Maison de luxe Louis Vuitton, tout comme celui du groupe LVMH, auquel elle appartient. Comment concilier cette quête d’excellence que recherche le groupe avec les contraintes de l’e-commerce ? Craignant d’altérer la rareté et l’exclusivité du luxe, des disparités sont nées au sein d’LVMH : Louis Vuitton possède depuis 2001 son site e-commerce alors que Céline n’en possède toujours pas. Mais rassembler toutes les Maisons sur un seul site de e-commerce est une expérience qu’a déjà tenté le groupe avec le site marchand eLuxury.com, malheureusement sans succès.

     

    Mais aujourd’hui, se positionner sur Internet est primordial : les réseaux physiques ont atteint en grande partie leur potentiel et la génération Y tout comme le marché chinois veulent avoir un accès au luxe en ligne. Et face à Net-a-porter, My Theresa, Matches Fashion, il était temps de réagir. C’est chose faite depuis le 6 juin avec 24 Sèvres qui regroupe 125 marques du groupe pour affirmer les prémices d’une stratégie e-commerce globale. 24 Sèvres, référence à l’adresse parisienne du Bon Marché, lui emprunte son esprit sophistiqué, mais également sa notoriété. Ce site d’e-commerce est l’occasion de développer une relation directe entre le consommateur et la marque pour, à terme, activer d’autres leviers tels que les market places ou l’affiliation.

     

    Pour rencontrer le succès, trois facteurs de différenciation sont mis en œuvre :

    • La sélection, puisque 24 Sèvres sera la seule plateforme de e-commerce à proposer la marque Dior ou Louis Vuitton, mais également des marques concurrentes qui n’appartiennent pas au groupe LVMH

    • Le merchandising a été pensé dans un esprit très chic, avec les codes d’une boutique parisienne, rejoignant l’esprit des Maisons de luxe françaises. Pour parfaire cet environnement, des vitrines virtuelles immersives ont été imaginées grâce au savoir-faire du studio LVMH

    • Le service, offrant la possibilité d’être livré le lendemain de la commande, et ce dans 70 pays. Emballages soignés, chats vidéo avec des stylistes… Le client se sent rassuré et accompagné pour, à long-terme, créer une relation de confiance


     

    Nul doute que ce changement, opéré par Ian Rogers, nommé directeur général de Beats en 2013 et débauché en 2015 par LVMH, a de grandes chances d’être un succès. Pour l’épauler, des pointures de l’e-commerce ont été mises à contribution : Eric Goguey, ancien directeur de l’e-commerce Sephora et Alexandre Arnault, diplômé de Telecom Paris Tech. Mais face à des géants de l’e-commerce du luxe d’ores et déjà bien installés, l’enjeu sera de proposer une expérience clients à la hauteur de celle proposée en boutique, un service de luxe spécialement pensée pour la vente en ligne. Verdict des chiffres et des clients dans quelques semaines !
    Lire la suite
    Ciliabule en chiffres
    Quelques repères sur Ciliabule à travers des chiffres clés condensés dans une infographie : l’occasion de mieux nous connaître en tant qu'agence marketing, et peut-être d’avoir envie de nous rencontrer !




    ciliabule 
     

    • 6 offres de services pensées en fonction des vrais enjeux des entreprises et qui positionnent Ciliabule comme un facilitateur marketing : marketing financier, marketing créateurs et start-ups, marketing international, marketing externalisé, marketing à la carte et content marketing

    • Nathalie et Marion ont chacune 20 d’années d’expérience marketing stratégique et opérationnel. C’est ce qui nourrit toutes les interventions de Ciliabule, et on ajoute une énergie à toute épreuve. Avec en plus de l’énergie et de l’attention clients

    • Cela fait 5 ans que Ciliabule occupe ce positionnement original de Directeur marketing à temps partagé. Un vrai défi au départ, une offre qui a trouvé sa place aujourd’hui !

    • Ceux qui connaissent Ciliabule attendent chaque année avec impatience le rapport d’étonnement que nous élaborons sur une ville visitée au cours de l’année. L’occasion d’analyser les marchés étrangers, de rapporter des bonnes pratiques pour nos clients, de détecter des innovations comme à Cap Town, Rio, New York et Singapour. N’hésitez pas à nous demander nos rapports d’étonnement !

    • Ciliabule travaille avec des clients appartenant à 13 secteurs différents. Une volonté assumée dès le départ pour créer des passerelles entre les différents marketing, conserver un regard neuf, importer des bonnes pratiques et les mettre au service du succès de nos clients.

    • C’est 42 entreprises que Ciliabule a accompagnées depuis sa création : TPE, PME, ETI, start-ups, grands groupes, dont certains clients fidèles depuis plusieurs années. Un bonheur, une fierté, une exigence, une reconnaissance…


     

    Vous êtes intéressé ? Cliquez pour voir plus en détail nos offres !
    Lire la suite
    L’offre de service Ciliabule
    Parce que le marketing est un fort levier de croissance, Ciliabule propose une palette d’offres de services pour les TPE, PME, grands groupes et start-ups. Tous ceux qui sont confrontés à une problématique forte, qui n’ont pas la possibilité d’y répondre ou qui souhaitent être épaulés dans leurs projets !


    Offres_services_ciliabule

     



    • Avec l’externalisation de votre marketing, vous bénéficiez d’un Responsable marketing à temps partagé. Flexibilité, accompagnement dans la durée, charge budgétaire réduite par rapport à une ressource interne, renfort immédiatement opérationnel, autant de bénéfices clés qui ont convaincu Rhônexpress, CHR-HA, Les 2 marmottes, etc.

    • Tout comme Natixis vous avez besoin d’un accompagnement plus spécialisé en marketing financier pour un lancement de produit, des documentations clients ? Nos marketeurs sauront, grâce à une expertise rare sur le marché, concilier les contraintes de votre environnement et vos enjeux marketing.

    • Pour vos projets ponctuels d’étude de marché, de conception d’offre, de marketing opérationnel, Ciliabule propose un marketing à la carte avec une réalisation clés en main de votre projet. Nous vous faisons gagner du temps et recherchons le meilleur retour sur investissement. Découvrez les opérations menées pour Magellan et De Sangosse.

    • Vous souhaitez conquérir l’international ? Avec l’offre marketing international, vous bénéficiez d’un appui concret pour analyser le marché, identifier la clientèle cible, concevoir une approche ROIste. Un appui concret, de la stratégie à la mise en place des actions terrain dont ont déjà bénéficié Haga, Seareka, Afrovibe

    • Fournir des contenus de qualités est aujourd’hui la clé de voûte d’une stratégie efficace. C’est pour vous aider dans la rédaction d’articles de blog, de newsletters, d’interviews que Ciliabule met des spécialistes de l’écriture marketing à votre disposition à travers des prestations de content marketing. Chabanne + Partenaires, izi Event et Pulsio sont déjà convaincus

    • En tant qu’expert marketing et de la création d’entreprise, Ciliabule propose une méthodologie originale de marketing créateurs et start-ups. Grâce à des séances de travail, vous êtes guidés dans vos réflexions, vous bénéficiez d’une feuille de route claire, recevez des conseils votre stratégie d’approche de la clientèle, votre positionnement, la conception de votre offre etc.


    Comme Atelier Emmaüs en ce moment !

    Prêt à booster la performance de votre entreprise ? Contactez Ciliabule, l’agence des solutions marketing souples et adaptées à vos enjeux.
    Lire la suite
    Épisode 5 : gérer l’attente client grâce aux objets connectés Hoomano, io Constellation et Short Edition
    Pour tout client, l’attente est synonyme de frustration et de perte de temps. En outre, elle affecte négativement la perception du service que l’entreprise peut offrir, aussi qualitatif soit-il. Les objets connectés ont donc une vraie carte à jouer pour réduire l’insatisfaction des clients en rendant ce temps d’attente productif ou attractif... C’est ce que réussissent à faire Hoomano, qui booste les robots sociaux avec de l’intelligence artificielle, io Constellation, source d’information mobile qui dynamise le parcours utilisateur à travers une expérience interactive et Short Édition avec son distributeurs d’histoires courtes.

     

    Un robot pour animer les espaces communs


    Pepper_ciliabuleLa SNCF a été la première à utiliser le robot Pepper pour accueillir et informer les usagers dans les gares. Pepper est
    commercialisé par SoftBank Robotics et bénéficie de l’expertise de l’entreprise Hoomano qui crée des logiciels pour les robots d’interaction. Pourquoi un tel succès ? Parce que Pepper, est le premier robot humanoïde personnel au monde capable de communiquer avec les personnes qui l’entourent. Assez intelligent pour reconnaître les émotions, il peut choisir le meilleur comportement à adopter en fonction de la situation et de l’environnement dans lequel il se trouve. Après la SNCF, Pepper a ensuite convaincu le groupe Accor Hotels, La Poste, Bricorama, Darty… en mettant ses compétences au service de l’accueil, de l’animation commerciale et de la satisfaction client.

     


     

     

    io_constellation_ciliabuleIoConstellation : la box d’attente connectée source d’information mobile


    io Constellation permet de proposer en temps réel de l’information dans des espaces d’accueil et d’attente. L’objectif est de fournir « une information choisie, géolocalisée, fraîche et dynamique pour enrichir les visiteurs », de proposer des jeux, des quizz, des interactions ludiques. En plus des clefs et du boîtier personnalisables, les nouvelles diffusées permettent de créer des liens et d’animer les conversations entre collègues, clients mais également de dynamiser les espaces d’attente.

     



     

     

    Short Édition, distributeur d’histoires courtes shortedition


    Dans les gares françaises et jusqu’aux États-Unis, Short Édition séduit. Cet éditeur communautaire de littérature courte rassemble 200 000 lecteurs, presque 7000 auteurs et existe dans plus de 110 endroits. Les histoires sont écrites par la communauté et sont ensuite validées par les lecteurs. Selon le temps d’attente, le distributeur d’histoires courtes permet de choisir un récit d’1, 3 ou 5 minute(s) pour offrir aux voyageurs un moment de culture littéraire et d'évasion…

     

     

     

     
    Réduire et modifier la perception du temps d’attente : le point commun de ces offres

    Ils améliorent la perception de l’attente en en faisant un temps utile, divertissant, différent. Pepper, io Constellation et Short Edition diminuent la frustration qui peut s’installer chez un client dans une file d’attente qui n’avance pas, face à un retard et, en bonus, améliorent le service qui lui est apporté. Les nouveaux objets connectés peuvent donc offrir une réponse parfaite aux problèmes que rencontrent de nombreuses enseignes. Ils proposent une expérience clients différente, améliorent l’attente des utilisateurs, servent les objectifs de l’entreprise en termes d’information, de communication, d’innovation et de service. Parions donc sur leur succès !

     

    Le SIdO a été l’occasion pour notre équipe de nous connecter à toutes le tendances de l’IoT. Notamment celles qui risquent de modifier plus en profondeur le marketing. C’est pour cette raison que Ciliabule est ravie de son expérience au SIdO 2017, ainsi que l’avoir partagée avec vous ! À l’année prochaine !

     

    Vous avez loupé l'épisode précédent du SIdO 2017 ? Ne vous inquiétez pas, il est juste ici !
    Lire la suite
    Épisode 4 : les objets connectés et le service qu’ils fournissent
    Suivant les concepts, les objets connectés facilitent le quotidien des utilisateurs, permettent de faire des économies ou de suivre sa forme et sa santé. C’est le cas de Eugène et Holi, vus au SIdO. Nous avons pu essayer leur produit et leur poser des questions sur le service qu’ils fournissent.

     

    Holi, l’expert du sommeil


    HOLI_SIdO2017Destiné aussi bien aux insomniaques qu’aux gros dormeurs, Holi propose des objets connectés aidant à mieux dormir, dans le but d’agir sur la qualité de vie et sur la santé de l’utilisateur. La marque a donc imaginé et conçu quatre solutions : un activateur de sommeil, un réveil lumineux, un tracker de sommeil et une lampe connectée.

     

    De quelle manière Holi propose-t-il du service après l’achat du produit ?


    Holi a mis en place des services adaptés à ses objets connectés (tracker de sommeil, réveil lumineux et lampe connectée) sous forme d’application mobile. Selon le produit acheté, une application mobile est disponible pour compléter les fonctionnalités de l’objet. Par exemple, pour le tracker de sommeil, l’application collecte les données sur le sommeil, les analyse, produit des statistiques et donne des conseils personnalisés pour améliorer sa qualité. Le réveil lumineux, quant à lui, réveille naturellement grâce à une ampoule connectée qui fonctionne avec l’application Sleep360. Elle permet de suivre la régularité du sommeil, de calculer la dette de sommeil ou, encore mieux, de bénéficier de conseils pour mieux dormir. Enfin, pour compléter la gamme, l’application Ronflomètre analyse les ronflements et produit un rapport pouvant être envoyé au médecin.

     

    Eugène, le boîtier intelligent…


    Eugène_SIdO2017Recycler avec plus de facilité, Eugène en fait son affaire ! Avec son boîtier connecté, il assiste les utilisateurs lors de leurs gestes de recyclage. Comment est-ce qu’il fonctionne ? Rien de plus simple. Le boîtier est connecté à l’application Eugène, les emballages n’ont qu’à être scannés pour savoir dans quelle poubelle ils doivent aller !

     
    …qui permet de faire des économies !

    Les marques offrent des récompenses sur les produits scannés avec l’application grâce à un système de points, sous forme de cadeaux ou des bons de réduction ! En plus, Eugène analyse la consommation d’aliments, les quantités achetées, les ingrédients (allergènes, composition, etc.)… Les produits scannés sont ensuite directement ajoutés à votre liste de courses sur l’application et peuvent même être transférés sur les sites d’achats en ligne ! D’autres fonctionnalités sont en projet, comme la mise à disposition de recettes de cuisine à partir des aliments scannés.

     

    Holi et Eugène sont la démonstration de la chaîne de valeur qu’il faut construire autour d’un objet connecté. Pour qu’un consommateur comprenne son utilité, s’en serve dans le temps, tout l’objectif consiste à ajouter du service, la véritable valeur ajoutée des offres objets connectés aujourd’hui.

     

    Pour connaître de quelle manière les entreprises doivent s'adapter aux objets connectés, cliquez ici.
    Lire la suite
    Épisode 3 : comment les entreprises doivent-elles s’adapter aux objets connectés ?

    Dans le domaine des objets connectés comme dans d’autres domaines, tout va très vite et les sociétés sont obligées de s’adapter aussi bien à leurs concurrents qu’aux attentes des consommateurs. Plusieurs choix stratégiques sont alors possibles...



    sido2017_episode3



    L’entreprise peut choisir d’être pionnière…


    Être pionnier et se positionner en tant que tel sur les tendances futures exige de proposer de réelles innovations technologiques. L’entreprise doit alors veiller sur les tendances à venir et créer les usages futurs, comme l’a fait l’entreprise américaine Apple lorsqu’elle a présenté l’iPhone en 2007. Ce fut le premier téléphone portable tactile regroupant trois fonctionnalités jusqu’alors jamais rassemblées : un téléphone, Internet et la musique. Cette innovation a permis de définir et modeler un marché à lui seul, mais également de s’imposer comme marché de référence dans le secteur de la téléphonie. Elle est donc devenue un « ultra-pionnier » qui a imposé son innovation comme référence à tout le secteur.


    Néanmoins, pour demeurer « ultra-pionnier », une firme doit impérativement continuer ses efforts au risque de perdre son avantage et de se voir dépassée par ses concurrents, ce qu’a connu l’entreprise américaine Kodak qui frôlé la faillite en ignorant les appareils photos numériques, devenus aujourd’hui monnaie courante. Cette société était pourtant pionnière, avait créé la « révolution Kodak » en permettant la démocratisation de la photographie.



    Ou, au contraire, avoir un comportement de suiveur


    image_conference_SIdO2017À l’inverse, les entreprises peuvent être tentées de laisser faire les pionniers, analyser leurs produits et usages pour ensuite proposer une solution plus intéressante que celle du leader afin d’évincer celui-ci. C’est l’exemple d’In&Motion détaillé lors de la conférence concernant la conception de l’expérience utilisateur. L’entreprise a conçu un gilet de protection pour les cavaliers après avoir demandé à sa cible ce qu’elle reprochait à l’offre existante.


    Toutefois, procéder à une étude de marché reste recommandé pour s’assurer de la pertinence du produit, mais également être certain que la cible l'achètera. Les intervenants de la conférence à laquelle Ciliabule a assisté ont soulevé ce problème. En effet, les start-ups ont des idées et les réalisent, sans toujours se demander si leur produit répond à un besoin réel des consommateurs. Cela explique que beaucoup d’entre elles connaissent des échecs produits. Contrairement à ce que beaucoup pensent, une étude de marché n’est pas optionnelle : elle permet de connaître les déterminants du secteur, de l’offre et la demande, les mutations en cours etc. Ces éléments permettent ensuite de décider de la viabilité du projet.


    Dès lors que l’entreprise a choisi sa stratégie, comment peut-elle réussir grâce notamment à un objet connecté ? Quels éléments doivent être intégrés pour entretenir la relation avec le client ? Pour en savoir plus, rendez-vous à l'épisode 4 !

    Lire la suite
    Épisode 2 : Les impacts marketing
    La croissance exponentielle de l'Internet des Objets, avec des milliards d’objets connectés attendus d’ici à 2020, est en train de révolutionner le marketing : une mine de renseignements sur le client et son comportement pour mieux l’adresser, optimiser produits et services et créer de nouveaux marchés.

     

    Les clients au cœur de l’offre


    Ces nouveaux d’outils changent bien sûr la donne : mettre ce flux de Data au service d’une connaissance client très fine de la cible, piloter son offre en temps quasi réel, créer des scénarios marketing puissants pour une expérience utilisateur idéale, proposer services et produits supplémentaires, accélérer la R&D grâce au retour instantané des produits, d’identifier rapidement les problèmes de fonctionnement… C’est un nouveau mode d'interaction entre l'entreprise et son marché qui bouleverse obligatoirement certains fondamentaux. Ces données interprétées fournissent des informations inestimables sur le comportement des consommateurs et permettent ainsi de les adresser plus efficacement, voire de prévenir leur comportement. D’autant qu’Internet transforme le consommateur en conso'acteur plus expert, et l’implique dans des effets de groupe et d’interactions entre les individus.

     

     

    Impliquer le consommateur


    Le consommateur est devenu plus exigeant mais aussi plus sélectif dans ses choix d’achats et souhaite aujourd’hui consommer différemment, en étant entendu et participatif. Le meilleur moyen de le satisfaire ? L’inclure lors du processus de recherche pour développer une relation collaborative et participative. Ce schéma transforme alors le consommateur en un partenaire d’étude, permettant à l’entreprise de récolter des informations authentiques car compilées lors d’un échange.

     

    SIDO2017_ciliabuleCes procédés ont déjà été adoptés par certaines entreprises, dont une que Ciliabule a rencontré lors de la conférence SIdO sur l’expérience utilisateur. La société In&Motion a évoqué l’importance qu’elle accorde aux retours et avis d’utilisateurs concernant son produit : le gilet de protection conçu pour les skieurs, cavaliers et motards. 500 motards ont donc été équipés afin qu’ils donnent leur avis sur le produit. L’équipe marketing et technique prend ensuite le relais pour analyser, trier et adapter le produit aux besoins des consommateurs.

     

     

     

     

     

    Les enjeux et opportunités liés aux objets connectés poussent donc les marketeurs dans leurs retranchements. 80% d’entre eux estiment d’ailleurs que le secteur a besoin d’un profond renouveau selon le panel d’enquête de The Economist.

    Oui, mais comment… Suite de l’éclairage dans l’épisode 3 du SIdO !
    Lire la suite
    Épisode 1 : Ciliabule au SIdO

    Ciliabule s’est rendue le 5 et 6 avril 2017 au SIdO, le plus grand showroom international dédié à l’Internet des objets ! Notre mission lors de ce salon ? Dénicher des objets innovants et mieux en appréhender les enjeux marketing.



    sido2017ciliabule



    Une agence marketing au SIdO !


    Les ventes d’objets connectés connaissent une croissance exponentielle : plus de 28 milliards seront vendus d’ici 2020 pour un chiffre d’affaires de 7 065 milliards de dollars contre « seulement » 1 928 milliards de dollars en 2013. L’occasion était donc parfaite pour s’informer sur les nouveautés à venir, vivre de nouvelles expériences marketing et comprendre les potentielles avancées que cela va représenter pour les utilisateurs et le marché.


    Au-delà de ces aspects chiffrés, c’est une vraie richesse de rencontrer les start-ups et leurs créateurs afin d’échanger sur la genèse de l’idée, le business mode et leurs projets. Et ce qui intéresse les marketeurs de Ciliabule avant tout, c’est le développement envisagé pour le produit, la valeur ajoutée de l’expérience utilisateur, les services développés. Toutes ces questions ont été abordées avec les exposants que nous avons rencontrés : le boîtier connecté Eugène, Holi, io Constellation…


    short_edition_sido_2017L’idée était également d’essayer des innovations dont une qui nous avait déjà tapé dans l’œil, Short édition. Un distributeur de littérature courte découvert dans un article tweeté sur notre blog puis vu en vrai à la gare. Un vrai coup de cœur à la fois poétique et utile pour faire patienter, amuser, agrémenter un hall etc.


    Quant aux conférences, elles ont permis à Ciliabule de mieux appréhender le marché actuel des objets connectés ! Nous vous reparlerons de tous ces éléments un peu plus tard dans le blog… Stay tuned!


     






    So SIdO…


    Un salon organsido_2017_Ciliabuleisé en plusieurs espaces permettant de circuler assez librement dans les allées, des espaces « détente » aménagés avec des innovations, le stand de restauration avec sa paille comestible… expérience postive !


    Sans compter les conférences variées et plutôt expertes sur l’énergie, l’expérience client, la révolution de l’intelligence artificielle mise au service de la santé…


    Bref, première visite au SIdO concluante. De nombreuses innovations repérées, comptez sur nous pour vous en parler dans les prochains articles à venir !

    Lire la suite
    Lego Ciliabule
    Lego, un empire bâti brique après brique

    Savez-vous quelle est la marque qui renouvelle 60% de son offre chaque année ? 1er indice, elle est née en 1932 au Danemark. 2ème indice, les parents marchent parfois dessus… Vous avez trouvé ? C’est bien sûr Lego, un des numéros 1 du jouet dont la vie ne fut pas qu’un long fleuve tranquille…


     

    lego-ciliabuleLa renaissance en 2004


    Lego revient de loin. Au début des années 2000, la marque frôle la faillite. À force de se diversifier en s’éloignant de son activité première, les briques de toutes les couleurs, la marque avait perdu son public. Mais 2004 voit l’arrivée d’un nouveau PDG et la firme danoise renoue avec le succès malgré un marché du jouet au plus bas. Sa stratégie marketing ? Revenir à son savoir-faire classique et à son cœur de métier, la brique. Et se rapprocher de ses clients pour devenir un modèle en termes de relation client. Une pièce manque dans la boîte ? Le consommateur n’a qu’à appeler le service client de Lego pour en obtenir une autre, livrée gratuitement et avec un mot d’excuse en plus !


     

    lego thème-ciliabule La brique se met au clic


    Au niveau juridique, la firme ne peut faire protéger son invention, ce qui pourrait l’affaiblir. Pour se différencier, la marque mise sur le marketing. Lego prend aussi conscience qu'il faut raconter des histoires aux enfants autour des produits. Elle nourrit sa stratégie content marketing en attribuant à chaque nouveau jouet un langage qui lui est propre avec un univers visuel qui lui appartient. Et lorsqu’un nouveau produit est lancé, Lego utilise les réseaux sociaux pour le promouvoir à travers un mini film qui expose la nouvelle gamme. Pour faire partie du quotidien des enfants, elle va jusqu’à créer un réseau social où il est possible de publier des pages personnelles et de discuter avec d’autres fan de la petite brique de couleur. Dans la même veine, le Lego ID permet de se créer une identité Lego et pouvoir de contribuer au monde Lego online. Toujours sur le web, l’entreprise danoise a lancé son « Lego Magazine ». Et la marque s’ouvre à une clientèle délaissée jusque là en ciblant les petites filles avec leurs propres jouets en briques.


     

    lego-ciliabule 2Marketing collaboratif


    Pour rester une marque prédominante sur le marché du jouet, elle se base également sur l’intelligence collaborative afin de garder un lien fort avec son public et ainsi l’inclure dans le processus créatif. Le concept est aujourd’hui nommé « Lego Ideas ». Cela signifie que tous les consommateurs peuvent soumettre leurs idées sur le site internet Lego. Ils n’ont qu’à créer avec les briques un modèle qui n’existe pas, le prendre en photo, le publier puis atteindre les 10 000 votes. Une fois que la marque a décidé de la faisabilité du projet, il peut alors être fabriqué et commercialisé dans le monde entier. Et pour satisfaire ses premiers clients, l’entreprise associe les enfants à tout le processus de création en les faisant venir dans ses locaux, les faisant interagir avec les produits pour obtenir un vrai retour.


     

    lego ciliabule licenceLes licences et partenariats témoignent de la vitalité marketing


    Lego a su s'appuyer sur des licences bien choisies pour rebondir en nouant des partenariats avec Disney ou Warner. Les licences négociées en exclusivité avec ces géants américains lui permettent d’exploiter les dessins animés ou films pour en faire des univers à construire, comme ce fut le cas avec La reine des neiges, les Simpsons™, Batman, etc. En 2015 la marque est élue « marque la plus puissante du monde » par Branch Finance.  Et elle conquiert le monde universitaire avec un « professeur Lego » qui intègre la prestigieuse Université de Cambridge. Ce poste, sponsorisé par la Fondation Lego, sera aussi le directeur d’un nouveau centre de recherche sur le jeu dans l’éducation, le développement et l’apprentissage.


     

    Une entreprise qui a su se réinventer, des partenariats à valeur ajoutée, innovations marketing et positionnement audacieux, fidélité et authenticité, Lego ouvre de nombreux magasins et a affiché une croissance de +6% en 2016. La brique continue donc de se construire un futur radieux…


     

    Cet article vous a plu ? Cliquez vite ici pour en découvrir un autre !
    Lire la suite
    ciliabule carte de fidélité
    Le programme fidélité : une modernisation indispensable

    À l’heure de l’omnicanal, du big data et de la multiplication des offres, les enjeux de la fidélisation client changent de dimension. Et les programmes de fidélité aussi ! S’ils restent un vrai levier de positionnement et de différenciation, ils doivent également émerger dans la jungle de ces cartes si nombreuses dans les portefeuilles des clients qu’ils finissent par les oublier.


    ciliabule carte de fidélité


    Reposons les bases : de nombreux marchés de masse sont confrontés à la volatilité des consommateurs. Fidéliser est un véritable enjeu lorsque l’on sait que :

    • capter un nouveau client coûte 7 fois plus cher que fidéliser un client déjà existant*

    • les clients fidèles achètent plus, plus souvent, sur plusieurs canaux

    • l’entreprise peut améliorer ses bénéfices nets entre 25 et 85%** en diminuant l’attrition de la clientèle de 5%


    Ciliabule fidélitéBref, l'actif immatériel le plus important dans une entreprise aujourd’hui pourrait bien être le client fidèle…
    Mais 89% des internautes ont une opinion négative des programmes de fidélité des marques. Voici quelques tendances à prendre en compte pour toute élaboration d’un programme de fidélité dynamique et utile :




    • Utiliser la gamification comme levier de motivation : course aux miles chez les compagnies aériennes, envie d’atteindre le statut supérieur chez Sephora afin d’accéder à des avantages exclusifs etc. Les clients se prennent au jeu, la couleur des cartes s’affiche fièrement et plutôt consommer que se faire rétrograder !

    • Capitaliser sur les données clients en segmentant les offres et ciblant les programmes, ce qui est bien plus efficace pour offrir une expérience utilisateur personnalisée

    • Digitaliser les programmes comme celui 100% en ligne de chez Picard. Cela simplifie la gestion et renforce la connaissance client. Le smartphone est d’ailleurs souvent considéré comme l’avenir des cartes de fidélité tant il facilite l’interaction entre l’enseigne et les consommateurs et devient la clé d’une relation plus intense

    • Proposer des services privilégiés sous la forme d’un programme VIP ou premium, comme Amazon. L’idée est de récompenser d’abord la fidélité initiale puis d’encourager le client à consommer davantage pour atteindre l’expérience VIP ultime…


    L’enjeu est donc de jouer à la fois sur la course aux bonnes affaires menée par les clients, mais aussi sur leur fierté à l’idée de faire partie des « happy few » et d’être chouchouté. Et last but not least, les services proposés en exclusivité dans les programmes premium sont souvent de parfaits leviers de communication. Comme l’épicier Bio C’Bon qui propose à ses clients fidèles d’aller arroser leurs plantes lorsqu’ils sont absents !


    *White House Office of Consumer Affairs


    **Bain & Company


    Pour aller plus loin, découvrez comment les marques s'adaptent à la génération Y.

    Lire la suite
    Innocent, une stratégie marketing rondement menée
    Innocent a vu le jour en 1998 au Royaume-Uni et la marque est arrivée en France en 2004. Elle a été la première à se positionner sur le marché français du smoothie, portée par la campagne de sensibilisation « manger bouger ». Décryptons ensemble la stratégie marketing du leader européen du smoothie.

     

    Le positionnement de la marque est clair, un positionnement haut de gamme qui véhicule des valeurs en accord avec le naturel, très tendance. Innocent mise sur la qualité et cible principalement les CSP+, les jeunes actifs ne disposant pas de beaucoup de temps pour consommer plus équilibré, les familles qui souhaitent consommer différemment et les enfants. Pour se différencier de ses concurrents, la marque innove constamment en proposant des goûts différents. Les smoothies sont distribués dans tous types d’enseignes au rayon frais pour insister sur une certaine naturalité du produit. Quant au packaging, il met en scène des icônes simples et mignonnes, en adéquation totale avec le mix marketing de la marque.

     

    Acheter une bouteille Innocent, c’est aussi adhérer à la philosophie de la marque : respect de l’environnement, santé, bien-être… C’est ce qui transparaît du logo Innocent, du nom en adéquation avec le produit, et de couleur blanche qui véhicule une image pure, saine. Innocent soutient l’association des Petits Frères des Pauvres et reverse tous les ans 10% de son chiffre d’affaires à des ONG par le biais de sa fondation qui aide les pays en voie de développement. À travers ces actions, l’entreprise développe sa stratégie RSE en nourrissant son positionnement marketing, dans un contexte où les consommateurs s’intéressent de plus en plus à ce qu’ils achètent.

     

    La marque employeur, encore un des leviers sur laquelle l’entreprise joue : des primes sont allouées aux employés de la « halle aux fruits » pour qu’ils puissent réaliser un de leurs rêves, des smoothies et jus Innocents sont disponibles à volonté, etc. C’est ainsi que les collaborateurs deviennent de véritables ambassadeurs et qu’Innocent a remporté le prix du Times décerné aux 100 entreprises où il fait bon travailler. Mais elle ne chouchoute pas seulement ses employés. Tous les ans, la marque invite ses distributeurs à sa fête anniversaire pour entretenir un lien privilégié… et dynamiser les ventes !

     

    Enfin, l’entreprise utilise un marketing relationnel, dans le but de rester proche du client. Elle se développe grâce à une importante communauté avec laquelle elle interagit sans cesse. Si elle s’est concentrée sur du hors médias au démarrage, via par exemple des camionnettes recouvertes de gazon pour des séances de dégustation, elle utilise aujourd’hui publicités et presse.

     

    Sur un marché de volume source d’enjeux financiers majeurs, Innocent a lancé ses jus de fruits en 2015. Avec succès, au point de déclencher des mouvements stratégiques des leaders, l’offensive Tropicana sur le segment des smoothies par exemple. Aujourd’hui propriété de Coca-Cola, la marque ne manque ni de moyens, ni d’ambitions. Reste à connaître la voie qu’elle empruntera pour poursuivre son fabuleux développement sans perdre ni son innocence, ni son âme…

     

    Cet article vous a séduit ? Ce sera le cas de celui-ci aussi !
    Lire la suite
    Un beau projet pour l’Atelier Emmaüs et Ciliabule
    Ciliabule continue de prendre part au très joli projet de l’Atelier Emmaüs qui mêle solidarité, engagement citoyen et design.

    Cet Atelier fabrique des meubles dessinés par des designers afin que les compagnons d’Emmaüs acquièrent techniques et savoir-faire et se rapprochent de l’emploi. Le plus de ces créations ? Elles sont conçues à partir des matériaux récupérés au sein des communautés Emmaüs.

    Le projet a franchi une nouvelle étape en se confrontant au public du salon Primevère les 3, 4 et 5 mars 2017 à Lyon. Les petits meubles « Henri » y étaient exposés et proposés en pré-commande. Pour continuer à développer cette belle initiative, l’Atelier Emmaüs peut compter sur Ciliabule qui le conseille en marketing en totale cohérence avec ses valeurs et sa vision.

    www.latelieremmaus.org
    Lire la suite
    Marketing et droit : une entente impossible ?

    Une collaboration qui n’a jamais été aussi nécessaire


     Si les décisions marketing sont soumises au droit, il est souvent difficile pour les juristes et marketeurs de s’accorder. Pourtant, le binôme Droit/Marketing est créateur de valeur dans un monde qui bouge. Et les fortes mutations que nous connaissons devraient au contraire être à l’origine du renforcement de la collaboration entre le département marketing et le département juridique :

    • La mondialisation qui impose de connaître les différentes réglementations étrangères avant d’investir un marché ou lancer un produit

    • Les contraintes liées au recueil et l’exploitation des données clients aujourd’hui au cœur de la création de valeur

    • Le paysage hyperconcurrentiel au sein duquel l’entreprise doit savoir comment protéger ses actifs spécifiques, comme ses marques ou ses innovations

    • Le web et les nouvelles technologies qui modifient les relations producteurs-consommateurs

    • La mutation profonde des secteurs, des marchés et des métiers : libéralisation, aspects collaboratifs, partenariats, nouvelles chaînes de valeurs, etc.


    Une perte de valeur


    C’est souvent la méconnaissance réciproque des problématiques et enjeux de chaque discipline qui éloigne juristes et marketeurs : ces derniers peuvent être tentés de solliciter le plus tard possible l’avis des juristes en ne leur exposant qu’une infime parties des plans élaborés afin de ne pas perdre de temps, ni d’être freinés par trop de lourdeurs juridiques. Parallèlement, les juristes peuvent rechigner à accorder leur feu vert à une décision qu’ils maîtrisent mal et qui pourrait par la suite leur porter préjudice. Le juriste attend en effet des garanties pour se protéger au maximum des risques auxquels il pourrait faire face. Et c’est d’autant plus complexe que l’harmonisation du droit au niveau européen engendre la transposition de nombreuses directives, modifiant sans cesse les règles.

    Des attentes réciproques


    Les marketeurs attendent alors que les juristes soient davantage ouverts d’esprit, c’est-à-dire qu’ils n’opposent pas leur véto dès qu’un projet présente un risque ou un vide juridique. Mais au contraire qu’ils les aident à faire face à ces problèmes potentiels. Les juristes, quant à eux, attendent que les professionnels du marketing intègrent la mouvance de l’environnement. C’est grâce à ce dialogue constant que la collaboration entre les marketeurs et les juristes sera facteur d’optimisation des projets marketing pour maximiser le succès des innovations, lancer un produit à l’international, guider les organisations etc. Alors à quand un juriste marketeur ?

    Lors de ses accompagnements marketing, Ciliabule veille aux aspects juridiques et oriente ses clients vers un conseil spécifique dès que besoin, afin que leurs offres soient en accord avec la réglementation.
    Lire la suite
    Pourquoi la Petite Robe Noire de Guerlain est un cas particulier dans le marketing des parfums ?
    Guerlain, l’un des plus anciens parfumeurs français, s’est très vite imposé dans l’univers de la parfumerie avec une première boutique ouverte en 1828. Peu de temps après, la Maison a été révélée à tous grâce l’Eau de Cologne Impériale, créée pour l’impératrice Eugénie. Cette Eau de Cologne Impériale a permis à Guerlain d’obtenir le titre de « Parfumeur breveté de sa Majesté » mais d’être également connu dans toutes les cours d’Europe. Vint ensuite le succès de Shalimar, fleuron de la Maison créé en 1921 et qui reste encore aujourd’hui dans les dix meilleures ventes de parfum au monde. L’importance de Guerlain dans la parfumerie n’est donc plus à prouver.

    En 2009, un vent de renouveau souffle sur Guerlain avec la création du parfum La Petite Robe Noire. Au début commercialisé de façon restreinte seulement dans les boutiques Guerlain, il devient en 2015 le troisième parfum le plus vendu en France. Mais comment expliquer un tel succès, alors même que l’entreprise a fait le pari de ne faire incarner sa nouvelle fragrance par une égérie ?

    Choisir une égérie est devenu incontournable dans le monde du parfum. Elle représente la marque et en est sa continuité, l’incarnation d’un idéal féminin propre à l’univers de la Maison. Sa personnalité doit avoir une vraie crédibilité sur le public visé afin qu’il soit facile de s’identifier à elle. L'égérie permet bien évidemment d’attirer l’attention sur le parfum, en faisant rêver et créant l’événement.

    Mais face à une certaine banalisation du phénomène, il peut être pertinent de prendre le contre-pied de ses concurrents, et c’est ce qu’a fait Guerlain pour le parfum La Petite Robe Noire. La Maison a choisi de miser uniquement sur l’image de luxe, de qualité, de chic et de glamour que représente Guerlain. En s’appuyant sur cette quête du Graal des modeuses que représente la parfaite petite robe noire, la marque évoque l’élégance et l’absence de faute de goût, et permet à chacune de se parer de cette atour olfactif. Chaque cliente peut s’identifier à cette égérie pas comme les autres puisqu’elle n’a pas de limite d’âge, pas de style propre, pas de codes esthétiques qui diminueraient la taille de la cible. Un autre atout de cette campagne est indubitablement Paris, la silhouette élancée de la petite robe noire ayant pour terrain de jeu des décors connus du monde entier comme la Tour Eiffel ou l’Arc de Triomphe…

     

    Preuve que cette stratégie fonctionne : Guerlain a sur son site Internet un onglet dédié à La Petite Robe Noire avec une multitude de parfums différents, dont des éditions limitées. La gamme s’est étendue à du maquillage, du vernis à ongles, des accessoires, des surprises et des contenus inédits.

     

    Avec ce parfum et cette nouvelle gamme, Guerlain a réussi son pari audacieux de renoncer à une égérie ordinaire. Cela lui a permis de rajeunir son image perçue comme datée par les jeunes consommatrices, et donc de réussir un joli coup marketing.

    Cet article vous a intéressé ? Découvrez-en vite un autre !
    Lire la suite
    Comment les marques s’adaptent-elles à la génération Y ?
    On appelle génération Y les personnes nées entre 1980 et 2000, adeptes de nouvelles technologies et des réseaux sociaux. Ces digital natives ont largement connu la crise et leurs attentes s’en ressentent : exigeants et perfectionnistes, souhaitant se démarquer tout en recherchant des sentiments d’appartenance, avides de découvertes...
    La génération Y représente plus de 50% de la population active mondiale, et 40% en France. Une attention toute particulière doit donc lui être portée étant donné le potentiel qu’elle représente… et l’influence qu’elle exerce !

    ciliabule_Y

    Ces jeunes clients représentent un nouvel enjeu pour tous les secteurs et exigent un vrai effort d’adaptation. Quelques clés de compréhension :

    • Plus que de simples consommateurs, ce sont des consom’acteurs qui peuvent refuser les biens et services proposés s’ils ne correspondent pas à leur système de références ou de valeurs. Les marques, quelles qu’elles soient, doivent se remettre en question avant que les Y ne le fassent et ne les boycottent.

    • Ces jeunes clients aiment les produits sortant de l’ordinaire, apprécient la qualité et recherchent constamment les dernières nouveautés. Fidèles à la marque avant tout, ils ont besoin de se sentir uniques et reconnus. Et c’est ce qui motive le phénomène de personnalisation produit : Nike et Converse qui proposent de personnaliser certains modèles, Evian et son offre « myevian », Nutella qui inscrit noms et messages sur les étiquettes, Louis Vuitton qui permet d’ajouter des initiales et de choisir la couleur de bandes bi couleurs, les voitures DS3 ou Fiat 500 que l’on customise selon ses goûts etc. Comme les digital native aiment être consultés, écoutés, et participer à la vie de leurs marques, préférées, certaines entreprises renforcent l’interaction : Haribo demande à sa communauté de choisir une couleur de Dragibus, Danette son nouveau parfum ou Monopoly ses nouveaux pions. Objectif : ajouter du “Je” dans le produit.

    • En ce qui concerne leur rapport au tarif, les Y consultent presque systématiquement les sites comparateurs de prix ou d’avis avant de faire leur choix. S’ils recherchent et partagent les promotions ou les bons plans, ils sont prêts à dépenser beaucoup pour des produits qui répondent à leurs valeurs, comme les produits design, bio, éthiques ou numériques.

    • Vissés à leur smartphone avec lequel ils achètent en contribuant à l’essor du m-commerce, ils aiment également prolonger l’expérience digitale en boutique et utilisent le Web-to-Store.  D’où le besoin pour les marques d’enrichir l’expérience client en magasin en misant sur l’innovation, la disponibilité produits, la personnalisation, le service par exemple.

    • Créer un lien entre la marque et la génération Y est plus que jamais vital : moins fidèle que ses ainés, recherchant une immédiateté des bénéfices, elle ne souhaite plus attendre pour bénéficier d’une promotion ou d’un produit mais, au contraire, en profiter rapidement. Les réseaux sociaux ont donc toute légitimité pour communiquer instantanément à condition de laisser la possibilité aux consommateurs de s’exprimer, et de savoir gérer les conséquences positives comme négatives. À condition également de privilégier la recherche de sens, une identité propre, un ton connivant et un univers unique. Les millennials deviennent ainsi les meilleurs ambassadeurs d’une marque qui bénéficie d’une publicité gratuite et démultipliée.

    • Tous les secteurs sont impactés, y compris l’hôtellerie que nous maîtrisons bien grâce à notre client CHR-HA. Mais qu’attend concrètement la génération Y en termes de prestations ? Entre autres, un accès gratuit à Internet en haut débit afin de pouvoir communiquer et s’informer très rapidement, une petite restauration disponible à toute heure du jour et de la nuit dans l’esprit snacking, et surtout une forte identité, une expérience et une atmosphère qu’elle ne retrouvera pas ailleurs.


    Même si l’effort d’adaptation est réel, c’est une clientèle que l’on commence à mieux connaître. La chouchouter exige de respecter les codes qu’elle utilise. Vous profiterez ainsi de son pouvoir prescription, et ne resterez pas à l’écart de cette cible à fort potentiel !

     
    Lire la suite
    Burger King, les recettes du succès
    En 1997, diverses raisons ont mené Burger King à un échec sur le territoire français, échec qui a abouti à la fermeture de l’enseigne en France. Manque de notoriété face à la force de frappe publicitaire de ses concurrents, forte implantation de McDonald’s et Quick que Burger King a sous-estimée, peu d’ouvertures de restaurants alors que l’on estime à 150/200 le nombre nécessaire pour atteindre une bonne rentabilité, problèmes d’implantation avec le délaissement de la province au profit de la capitale, retard dans les innovations comme le « drive in » etc.

     

    Pour réimplanter Burger King en France, une nouvelle stratégie marketing a été mise en place. D’autant que le marché du burger a changé… L’offre et les recettes ont été en partie repensées pour mieux convenir au goût des français. Avant de se lancer, l’enseigne a procédé à une analyse des bruits afin de savoir s’il était pertinent de se réinstaller en France. Elle a également modifié sa stratégie d’implantation en choisissant des emplacements éloignés de ceux de ses principaux concurrents pour ne pas y être directement exposé au démarrage. Pour ce faire, Burger King a choisi de s’adosser à un master-franchisé qui connait bien le marché français de la restauration, le groupe Bertrand, et l’enseigne multiplie les ouvertures afin d’atteindre rapidement une taille critique. Pour gagner du temps, Burger King mise également sur la croissance externe avec le rachat de Quick.

     

    Et c’est finalement son absence du territoire, conjuguée à une fidélité de certaines typologies de consommateurs qui a posé les jalons de ce retour : l’effet rareté a joué à plein et a fait naître une sorte de frustration chez beaucoup de Français qui se sont mis à partager sur les réseaux leur enthousiasme lorsqu’ils dégustaient (enfin) un Whopper dans un pays étranger. Lorsque le premier fast-food a réouvert, après de longs mois de rumeurs savamment distillées, le buzz a fait le reste, et de longues files d’attente photographiées et twittées par les fans de la chaîne américaine ont servi de communication à moindre coût. Pour parfaire cette stratégie, une application mobile ludique permet de faire patienter les clients dans les longues files d’attentes. Les consommateurs doivent essayer de garder leur menu afin de bénéficier d’un « fast pass » qui leur permet de commander sans attendre. Distraire ses consommateurs tout en les fidélisant et en leur faisant connaître les produits, c’est la stratégie gagnante de Burger King.

     

    Jouant sur ce registre, Burger King a mis en place une stratégie de communication digitale percutante, basée sur l’humour. La marque interpelle régulièrement ses concurrents, utilise en affiche les tweets de la communauté, et joue à fond la carte facebook avec toujours l’humour en vecteur principal. Résultat : elle recense beaucoup plus de likes sur sa page Facebook que ses concurrents, d’abonnés Twitter et de suivis de sa chaîne Youtube avec parfois plus d’un million de vues sur une vidéo. Burger King peut également compter sur ses fans qui deviennent des ambassadeurs zélés et offrent à l’enseigne une promotion gratuite et basée sur le bouche-à-oreille.

     

    Offrir la meilleure expérience possible au consommateur et conserver une communication de proximité, ce sont les lignes directrices que le groupe souhaite conserver. Et ces nouvelles options marketing fonctionnent puisque Burger King a été désignée enseigne préférée des Français dans la catégorie "Fast-food" lors des Enseignes de l'année qui se sont tenues le 3/11/16.
    Lire la suite
    Et de 4 pour Rhônexpress + Ciliabule !

    Ciliabule est ravie de réitérer pour la 4ème année consécutive sa fructueuse collaboration avec Rhônexpress, le service de tramway dédié à la desserte de l’aéroport Lyon Saint-Exupéry. Positionné en renfort marketing, Ciliabule accompagne l’équipe les différents projets de l’année qu’ils soient lancement d’offre, média, communication, digital, contenu, etc. Et l’année commence bien puisque Rhônexpress vient de publier de très beaux chiffres de fréquentation pour 2016 en ayant transporté +10,7% passagers.

    Lire la suite
    Externalisation marketing avec Ciliabule : année 4 pour CHR-HA

    Pour la 4ème année consécutive, CHR-HA, le spécialiste des achats pour l’hôtellerie et la restauration, continue l’aventure avec Ciliabule et lui confie à nouveau son marketing, toujours convaincu par la formule d’externalisation marketing. Ce qui explique cette confiance dans la durée ? Ciliabule apporte une expertise et un conseil marketing, complétés avec la mise en place d’actions opérationnelles. Ces actions sont bien sûr constamment remises en question et améliorées, d’autant que CHR-HA en tant que centrale de référencement vient de lancer un nouveau mode de distribution via des consultants externes.

    Lire la suite
    Le marketing in love de la Saint Valentin
    1 Français sur 2 va fêter la Saint Valentin et profiter de ce moment pour offrir un cadeau, et 40% des achats se feront sur internet. Nous savons bien que cette fête peut diviser : perçue comme commerciale par certains, fête de l’amour pour d’autres, toujours est-il que de nombreuses marques utilisent cette occasion pour augmenter leurs ventes à cette période. Elles ont bien raison car 56% des consommateurs dépenseront entre 10 à 40€, les 44% restants disposeront d’un budget de 50 à 90€. Et pour séduire les clients, tous les leviers marketing peuvent être activés…

    • Jouer sur les réductions tarifaires comme Hema qui offre -15% lors de votre prochain passage en caisse jusqu’au 14 février, et Esprit qui propose -14% de réduction à l’occasion de la Saint Valentin

    • Offre commerciale toujours avec IKEA qui propose un matelas 160x200 au même prix que le 140x200 ! La seule condition pour bénéficier de cette offre ? Faire partie du club IKEA Family

    • Ajouter un nouvel épisode à la saga de communication comme le fait Caprice des Dieux avec la campagne caprice sans eux

    • Mettre en scène le produit sur le modèle de Panzani qui propose d’envoyer un mot d’amour en langage pâtes

    • Se différentier par le packaging avec la bouteille rouge carmin du champagne Gremillet ou les gobelets pour 2 de Burger King

    • Picard, magasin de surgelés joue sur tous les tableaux avec un emailing un jour avant la Saint Valentin, un compte à rebours dans le mail, un deuxième produit à -50%, un gâteau spécial Saint-Valentin, une livraison gratuite… Tout est fait pour inciter le client à craquer.


    Les villes aussi profitent de cette occasion marketing ! Paris utilise ce moment de l’année pour s’imposer comme ville des amoureux en incitant les Parisiens à déclarer leur amour sur les panneaux lumineux de la ville. Ces messages seront ensuite consultables sur le site internet de la ville.

    N’oubliez pas que la France compte également 13 millions de célibataires ! Il est tout à fait possible d’axer votre marketing sur cette cible en prenant le contre-pied des communications du moment. C’est d’ailleurs ce que fait Balgelstein, chaîne de restauration de bagels, qui met à votre disposition dans ses restaurants des cartes postales acerbes à personnaliser et à envoyer à votre ex. Un marketing décalé, c’est également ce qu’a choisi Meetic, site de rencontre pour célibataires : un lieu éphémère sera ouvert à Paris le 13 et 14 février, dédié aux célibataires où des animations gratuites seront proposées. Et pour toute inscription effectuée entre le 1er et le 14 février, la marque propose l’offre « en couple en 2017 ou remboursé ». Une bonne façon de prouver l’efficacité du site de rencontre Meetic… et d’augmenter le nombre d’inscriptions.

     

    Bref, même si vos produits ou services ne sont pas directement liés au couple, les possibilités sont infinies… et une opération marketing bien menée vous permettra de déclarer votre flamme à vos clients !
    Lire la suite
    La réussite de Rhônexpress et d’Opéra Énergie
    Comme toutes les entreprises, Ciliabule est heureuse d’accompagner des clients qui réussissent. Et cette année 2017 commence bien puisque les deux entreprises lyonnaises Rhônexpress et Opéra Énergie ont chacune annoncé cette semaine de bien bonnes nouvelles.

     

    Rhônexpress, qui propose un service de tram entre l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry et le centre ville, a vu son taux de fréquentation augmenter de 10,7% sur l’ensemble de l’année 2016. Rien que sur le mois de décembre 2016, le nombre de passagers a connu une hausse de 28,6% comparé à l’année précédente.

     

    Quant à l’entreprise Opéra Énergie, pionnier du courtage en énergie en France, elle vient de réaliser une levée de fond de 1 million d’euros dans le but de renforcer ses équipes commerciales et d’accélérer le développement de sa plateforme Traviata.

     

    Ces 2 clients ont choisi l’accompagnement de Ciliabule sous forme d’externalisation marketing, depuis septembre 2016 pour Opéra Energie et pour la 4ème année en ce qui concerne Rhônexpress. Plan marketing, plan média, supports et outils, conseil sur les offres, communication… cette formule souple permet aux entreprises de disposer à la fois d’un regard stratégique et de la mise en place d’actions opérationnelles. Une collaboration souple et adaptée aux enjeux du client !

     
    Lire la suite
    Le marketing à l’hôtel : luxe, expérience et ventes !
    Le secret d’un hôtel idyllique ? Un service impeccable, des lieux enchanteurs, des prestations haut de gamme. Mais comment aller plus loin et étonner les clients pour mieux les séduire et les fidéliser, pour augmenter les ventes additionnelles ? Voici les recettes marketing du Hameau des Baux, aux Baux de Provence.

    Le hameau des Baux, hôtel 5 étoiles dans les Alpilles

    L’hôtel est un immense show-room de meubles vintage avec des pièces des années 50 à 90 que l’on trouve partout y compris dans les chambres, et que l’on peut acheter ! les pièces sont mises en valeur par la beauté du lieu, font partie de votre univers le temps de votre séjour, l’idéal pour se projeter, les imaginer chez soi et craquer…

    chambre-hameau-des-baux-ciliabule

    • Une boutique est située au cœur de l’hôtel pour dénicher produits d’exception et créations uniques. Parfaitement insérée au milieu de l’établissement sans être clinquante, la boutique est faite pour donner envie aux clients de faire des cadeaux, de faire du shopping en cours de journée : bijou, art de vivre, décoration, des pièces différentes qui s’accordent à l’ambiance du lieu à des prix boutique.


    petit déjeuner hôtel le hameau des Baux

    • Les produits dérivés sont dans la même lignée avec cahiers et affiches qui s’attachent à retranscrire les émotions vécues dans ce lieu magique. Qui n’aurait pas envie de prolonger son séjour en achetant quelques souvenirs du Hameau ?

    • Une sélection de livres en collaboration avec une librairie de la région, accueille les clients dans le lobby. Et comme le lieu invite au calme et à la détente, nombre de clients se laissent tenter pour ensuite dévorer les pages au bord de la piscine ou sur leur terrasse ombragée.


    le-hameaux-des-baux-salon-ciliabule

    • Une appli est consacrée à l’hôtel et à la découverte de la région. Un Ipad est mis à disposition des clients avec la boutique de meubles vintage en ligne, la possibilité de réserver les restaurants de l’hôtel, de commander ses massages etc. Encore une fois, l’accessibilité immédiate aux prestations couplée à une bonne compréhension des usages d’aujourd’hui permet d’augmenter les occasions de vente.

    • Des voitures vintage se dorent la carrosserie à l’entrée de l’hôtel, voitures que l’on peut louer à la demi-journée ou à la journée. Citroën Méhari, 2CV, Austin Mini, Alfa Roméo Spider 2000 ou Triumph TR4 A IRS. L’idéal pour que ceux qui n’avaient pas prévu de louer une voiture se laissent tenter par l’expérience de sillonner les Alpilles les cheveux au vent !

    • Des expositions-ventes de peintres, sculpteurs, céramistes permettent aux clients de découvrir œuvres d’art et belles choses plus efficacement que dans une galerie. En plus d’habiller le lieu, ils donnent une occasion supplémentaire aux clients de se laisser séduire.


    le-hameau-des-baux-guinguette-ciliabule

    • La restauration est également mise en scène afin d’allécher clients de l’hôtel comme visiteurs le week-end : une ambiance type place de village au cœur du Hameau, un camion Citroën décoré comme cuisine, des animations musicales équilibrées type jazz ou guinguette, des prix compétitifs avec des produits de qualité, y dîner et y consommer devient une évidence !


    Si l’offre marketing du Hameau des Baux est rendue d’autant pus efficace qu’il s’agit d’un hôtel haut de gamme avec des clients à fort pouvoir d’achat, il n’en reste pas moins qu’elle tire son efficacité de pratiques que nombre d’établissements pourraient adapter à leur positionnement : expérience clients unique et variée, renouvellement régulière des propositions, utilisation du digital comme canal de vente, identité forte, créativité des prestations notamment !
    Lire la suite
    Ciliabule prépare avec DE SANGOSSE sa prochaine campagne semence
    Accompagnement sur les outils marketing, renforcement de la notoriété de la marque auprès des agriculteurs, animer une campagne sur plus de 6 mois.... Voici les principaux leviers proposés par Ciliabule pour accompagner le seul semencier à capitaux français face aux enjeux de son marché.
    Lire la suite
    Le marketing

    Le marketing, ce sont des méthodes et des techniques visant à créer de la valeur pour l’entreprise en faisant correspondre l’offre de produits et de services et en optimisant sa commercialisation et ses ventes. Le marketing englobe donc tout le cycle de vie d’un produit ou d’un service, de sa création à sa commercialisation.


     
    Lire la suite
    Le rôle du responsable Marketing
    • Concevoir un plan marketing et assurer sa mise en œuvre
    • Élaborer des études marketing et conduire l’analyse des marchés
    • Définir les cibles et le positionnement des nouveaux produits et services
    • Analyser les ventes
    Lire la suite
    Le Marketing-Mix

    Le Marketing-Mix regroupe les variables d’actions du marketing qui permettent de réussir le lancement d'une offre, d'un produit ou d'un service. Il est historiquement composé de 4 grandes catégories de leviers, les « 4P » : Product (produit), Price (prix), Place (distribution), Promotion (communication).


    schema_4P_Marketing


    Pour intégrer le fait que le consommateur devient partie prenante de la politique des marques, en donnant son avis sur internet par exemple, de nouvelles  conceptions apparaissent.


    • Rajout de nouveaux « P » : Personnes et collaborateurs, Processus, Programmes d’actions, Performances


    • Mutation des 4P en SAVE : Solution,  Accès, Valeur et Education


    • 6S : Situation, Satisfaction, Social network, Sécurité, Sensibilité au prix, Séduction

    Lire la suite
    Marketing et Communication : quelle différence ?

    Elément du mix marketing, la communication de type commerciale ou publicitaire est donc intégrée au marketing. Elle en est en quelque sorte la matérialisation visuelle ou rédactionnelle du produit et est à ce titre un des métiers du marketing. Mais il existe également d’autres types de communication, tels que la communication interne, institutionnelle, et d'influence qui elles n’ont pas directement de produit ou de service à promouvoir.


    Ciliabule, en tant que conseil marketing, vous accompagne sur l’ensemble du marketing et pas uniquement sur les aspects communication !

    Lire la suite
    Quelques définitions pour mieux comprendre le marketing

    Cœur de cible, plan marketing, communication, segmentation, positionnement… Le jargon marketing est riche et varié ! Parce que nous aimons faire partager notre art, voici donc quelques définitions pour vous aider à mieux appréhender le marketing.


    Scrabble marketing ciliabule


    Ces définitions sont empruntées Au Mercator 10 édition éd, 2013


    Analyse-diagnostic  « SWOT analysis »
    État des lieux avant l’élaboration d’une stratégie marketing. L’analyse externe porte sur l’environnement de la marque (marché, clientèle, concurrence, macro-environnement) et cherche à identifier les opportunités et les menaces. L’analyse interne porte sur la politique marketing menée jusqu’à ce jour et cherche à identifier les forces et les faiblesses de la marque.


    Avantage-produit (ou bénéfice-produit)
    Caractéristique du produit valorisée par le client et distinctive par rapport à ses concurrents, qu’elle relève du concept, de la formule, de la performance, de l’identité sensorielle (design et packaging), etc.


    B to B (Business to Business) et B to C (Business to Consumer)
    Le marketing B to B, en français marketing industriel ou inter-entreprises, est le marketing des entreprises qui vendent à des professionnels (entreprises, artisans, professions libérales…), par opposition au marketing de la grande consommation qui s’adresse aux particuliers (individus et familles), appelé B to C.


    Canal de distribution
    Un canal de distribution est constitué par une catégorie d’intermédiaires ayant la même activité et les mêmes caractéristiques générales ; par exemple : les grossistes en boissons, les hypermarchés, les boulangers, les horlogers-bijoutiers, etc.


    Cible de client
    Segment de clients (acheteurs ou prospects) que l’on cherche à conquérir et/ou à fidéliser par des actions marketing adaptées. On distingue également le cœur de cible.


    Cœur de cible
    Sous-ensemble d’une cible réunissant les prospects et les clients les plus importants.


    Cycle de vie
    Théorie selon laquelle les produits et les marchés passent, au cours de leur existence, par quatre phases successives : le lancement, la croissance, la maturité et le déclin.


    Différenciation
    Politique de positionnement consistant à doter un produit d’attributs réels ou symboliques pour le distinguer des produits comparables dans l’esprit du client. Le positionnement d’une offre s’exprime par une identification à une catégorie de produits et une différenciation au sein de cette catégorie.


    Etude de marché
    Travail méthodique de collecte et d’analyse d’informations permettant de mieux comprendre et connaître un marché, un public ou une offre, et ayant pour finalité de prendre de meilleures décisions marketing.


    Gamme
    Une gamme est un ensemble de produits qui ont un lien entre eux car ils partagent les mêmes fonctions principales, s’adressent au même marché ou sont vendus par les mêmes canaux de distribution ou dans les mêmes zones de prix. On les organise parfois en trois catégories : haut de gamme, moyen et bas de gamme. La largeur d’une gamme se mesure au nombre de lignes de produits. La profondeur d’une ligne est liée au nombre de produits qu’elle comporte. La longueur d’une gamme est le nombre total de produits qu’elle comprend.


    Identité visuelle
    Éléments visuels (logo, codes graphiques, architecture des annonces…) permettant aux consommateurs de reconnaître une marque, un produit, une entreprise.


    Marché
    Rencontre organisée d’une offre et d’une demande solvable.


    Marketing d’études, stratégique, opérationnel
    Désigne les trois principales fonctions marketing : l’analyse des marchés, l’élaboration des stratégies et leur mise en œuvre.


    Marque
    Un canal de distribution est constitué par une catégorie d’intermédiaires ayant la même activité et les mêmes caractéristiques générales ; par exemple : les grossistes en boissons, les hypermarchés, les boulangers, les horlogers-bijoutiers, etc.


    Cible de client
    Segment de clients (acheteurs ou prospects) que l’on cherche à conquérir et/ou à fidéliser par des actions marketing adaptées. On distingue également le cœur de cible.


    Cœur de cible
    Sous-ensemble d’une cible réunissant les prospects et les clients les plus importants.


    Cycle de vie
    Théorie selon laquelle les produits et les marchés passent, au cours de leur existence, par quatre phases successives : le lancement, la croissance, la maturité et le déclin.


    Différenciation
    Politique de positionnement consistant à doter un produit d’attributs réels ou symboliques pour le distinguer des produits comparables dans l’esprit du client. Le positionnement d’une offre s’exprime par une identification à une catégorie de produits et une différenciation au sein de cette catégorie.


    Etude de marché
    Travail méthodique de collecte et d’analyse d’informations permettant de mieux comprendre et connaître un marché, un public ou une offre, et ayant pour finalité de prendre de meilleures décisions marketing.


    Gamme
    Une gamme est un ensemble de produits qui ont un lien entre eux car ils partagent les mêmes fonctions principales, s’adressent au même marché ou sont vendus par les mêmes canaux de distribution ou dans les mêmes zones de prix. On les organise parfois en trois catégories : haut de gamme, moyen et bas de gamme. La largeur d’une gamme se mesure au nombre de lignes de produits. La profondeur d’une ligne est liée au nombre de produits qu’elle comporte. La longueur d’une gamme est le nombre total de produits qu’elle comprend.


    Identité visuelle
    Éléments visuels (logo, codes graphiques, architecture des annonces…) permettant aux consommateurs de reconnaître une marque, un produit, une entreprise.


    Marché
    Rencontre organisée d’une offre et d’une demande solvable.


    Marketing d’études, stratégique, opérationnel
    Désigne les trois principales fonctions marketing : l’analyse des marchés, l’élaboration des stratégies et leur mise en œuvre.


    Marque
    La marque est un nom et un ensemble de signes distinctifs qui ont du pouvoir sur le marché en donnant du sens aux produits et en créant de la valeur perçue pour les clients et de la valeur économique pour l’entreprise.


    Mix de communication
    Ensemble organisé de moyens complémentaires retenus dans une stratégie de communication. Par exemple : publicité et marketing direct.


    Mix Marketing
    Ensemble cohérent de décisions relatives aux politiques de produit, de prix, de distribution et de communication d’un produit ou d’une marque.


    Part de marché
    Pourcentage représenté par les ventes d’un produit, d’une marque, d’une entreprise dans l’ensemble du marché. La part de marché s’exprime en volume et en valeur.


    Plan marketing
    Liste d’actions précises à mener, assorties de leurs dates, de leurs coûts, de la description des moyens qu’elles exigent et souvent aussi de la désignation de leurs responsables.


    Politique marketing
    Ensemble de décisions et de règles de conduite adoptées à l’avance, pour une certaine période de temps, en vue d’atteindre des objectifs déterminés qui s’inscrivent dans une stratégie à moyen et long termes.


    Position concurrentielle
    Place d’une entreprise, d’une marque ou d’un produit analysé dans son espace concurrentiel en termes de part de marché, d’image, de forces et de faiblesses, d’opportunités et de menaces.


    Positionnement
    Choix stratégique qui cherche à donner à une offre (produit, marque, entreprise), une position crédible, attractive et différente au sein d’un marché et dans l’esprit des clients.


    Publicité
    Messages pour la promotion des produits, marques ou entreprises, insérés à titre onéreux dans les médias tels que : presse, télévision, affichage, radio, Internet et cinéma, et dont la présentation se démarque du contenu rédactionnel de ces médias.


    Segmentation client
    Découpage d’un marché en groupes de clients distincts en fonction d’un ou plusieurs critères, ayant des façons de penser ou d’agir spécifiques, et pouvant potentiellement être la cible d’une politique marketing.


    Servuction
    Organisation des moyens matériels et humains nécessaires à la prestation de service. Elle distingue les interactions entre clients, entre les clients et le front-office (personnel en contact, environnement matériel), entre personnel en contact et environnement matériel, et entre front-office et back-office (organisation interne de soutien).


    Valeur perçue
    Perception par les clients de ce qu’ils obtiennent (bénéfices perçus) pour ce qu’ils donnent (coûts perçus). Les bénéfices perçus vont au-delà des fonctionnalités du produit et les coûts perçus, du prix.

    Lire la suite
    Nos réalisations 2016
    International : le Rapport d’étonnement sur Singapour est disponible

    22 décembre 2016

    Changement d’environnement et de continent pour Ciliabule pour la quatrième édition des voyages d’études marketing de Ciliabule. Cette fois-ci, c’est Singapour qui est à l’honneur et devient le terrain de recherche et de jeux marketing de Ciliabule ! Après avoir présenté les principales sources d’étonnement de bonnes pratiques marketing à plus de 40 partenaires et clients lors d’une soirée chez Rokoriko, nouvel espace lyonnais de réunions, Ciliabule met ce rapport à votre disposition. Découvrez ou redécouvrez Singapour sous un nouvel angle avec cette formule originale qui traite de l’hôtellerie, du thé, du transport, de l’architecture du luxe etc. Contactez-nous pour recevoir ce rapport !

     

    Joyeux anniversaire Ciliabule !

    11 Décembre 2016

    Déjà 5 ans que Ciliabule a le plaisir de vous accompagner et de vous aider à mener à bien vos projets marketing grâce à différentes offres de service. Quel que soit votre besoin, Ciliabule markete pour vous ! Une externalisation marketing complète ou ponctuelle où tout peut être pris en charge pas nos experts marketing, jusqu’à des accompagnements de proximité pour les créateurs d’entreprise et startupers, en passant par des prestations à la carte avec la réalisation clef en main de votre projet. Découvrez les autres offres ici : http://www.ciliabule.fr/offre-marketing-lyon/

    Ciliabule compte parmi ses clients Rhônexpress, CHR-HA, Opéra Énergie, De Sangosse, Natixis AM, Chabanne + Partenaires, Les 2 Marmottes, et bien plus encore. Tous ont été et sont convaincus de l’offre marketing proposée par Ciliabule !

    chabanne marmottes natixis Rhex chrhadesangosse

    La nouvelle énergie marketing d’Opéra Energie

    19 octobre 2016

    Comment organiser son marketing lorsque l’on est une jeune entreprise innovante et en croissance, qui doit mener de nombreux projets ? Opéra Énergie, le pionnier et leader du courtage en gaz et électricité en France a répondu à cette problématique en choisissant Ciliabule et sa formule d’externalisation marketing. Principaux bénéfices ? L’organisation d’un plan marketing annuel pour maximiser la cohérence et l’efficacité, le suivi des budgets en lien avec la Direction de l’entreprise, l’anticipation des actions pour davantage de visibilité, une force de proposition permanente pour challenger les habitudes. Bref, l’énergie Ciliabule au service d’Opéra Energie !

     

    opera-energie_ciliabule 

     

     

    Un nouveau beau projet pour Ciliabule

    Octobre 2016

    Mettre en musique des idées, accompagner les créateurs, marketer les offres, faire éclore les pépites sur le marché, en cohérence avec leur raison d’être et leur ambition. Voilà une des missions de Ciliabule qui va cette fois-ci se dérouler dans le domaine de l’économie sociale et solidaire, avec un projet lié à Emmaüs. Cette nouvelle offre permettra à la fois aux compagnons d’acquérir des techniques de fabrication et de les exercer en autonomie, et de recycler certains matériaux. Nous vous en dirons plus très bientôt….

     

    Ciliabule + nouveau site web

    Août 2016

    Ciliabule a mis son site web à jour ! Plus facile d’accès, plus clair et repensé pour vous aider à choisir la formule marketing qui vous correspondra au mieux. À travers ce nouveau site web, Ciliabule met tout son savoir-faire marketing et son expérience à votre disposition. Une question sur votre projet ? C’est par ici : http://www.ciliabule.fr/contact-agence-marketing-lyon/

     

     

    Ciliabule se lance dans le BTP

    7 juin 2016

    Pas de fausses promesses, simplement une formule marketing pour se réjouir d’avoir été sélectionnée par l’entreprise Moulin TP qui a décidé de suivre une démarche marketing étayée avant de refondre son site web. L’idée ? Un audit interne, des interviews des collaborateurs des différentes activités afin de mettre en évidence les points forts de l’entreprise et ses multiples valeurs ajoutées sur le marché. C’est ce qui permettra à Moulin TP de se montrer à ses clients telle qu’elle est, et de mieux marketer sa place d’acteur capable de gérer les projets BTP de A à Z, avec un haut niveau d’expertise et d’engagement clients.

     

    Moulin-TP_ciliabule

     

    Client : Kisio Services

    24 février 2016

    Nouveau domaine d’activité et d’intervention avec le conseil marketing lors de la réponse d’appels d’offres. Pour compléter le regard de l’entreprise, mettre en valeur la pertinence de la réponse, marketer les atouts de l’entreprise, apporter de la valeur ajoutée à l’offre, Kisio Services, filiale de Keolis, a mandaté Ciliabule pour 2 appels d’offres dans le domaine culturel. Une prestation qui vise bien sûr à accroître les chances de remporter le maximum de marchés.

    kisio 

    Client : Ciliabule fait pulser Pulsio

    20 janvier 2016

    L’imprimerie Pulsio cherchait une agence pour lui fournir les textes de son futur site internet de sa nouvelle plateforme d’impression PulsioPrint. L’enjeu : une écriture marketing, orientée bénéfices et clients, adaptée au web. Dans un délai de 3 semaines, Ciliabule a fourni l’intégralité des contenus des 40 pages du site, tout en conseillant l’entreprise sur l’arborescence du site et les services.

    pulsio 

    Client : CHR-HA, Rhônexpress : année 3 !

    10 janvier 2016

    Convaincre c’est bien, satisfaire et fidéliser c’est mieux ! Ciliabule est très fière que la centrale de référencement CHR-HA spécialisée en hôtellerie et restaurants, et le tramway Lyon-Aéroport Rhônexpress nous aient renouvelé leur confiance pour la 3ème année consécutive. Externalisation marketing complète pour le 1er et soutien annuel à l’équipe pour le second, les formules souples de Ciliabule font leur preuve sur la durée !

    Rhex chrha
    Lire la suite
    Nos réalisations 2015
    International : Destination Singapour
    20 décembre 2015

    4ème étape des voyages d’étude marketing de Ciliabule, après New-York, Rio et Captown, Ciliabule met le cap sur le continent asiatique. Destination plébiscitée par les expatriés, capitale de la finance et du luxe, audace architecturale remarquable, Singapour devrait nous inspirer de nouvelles analyses et bonnes pratiques, que vous retrouverez dans notre prochain rapport d’étonnement !


    Start-up : Knitiv
    9 novembre 2015


    Dans le cadre du programme CGPME for start-up, Knitiv travaille avec Ciliabule sous forme de séances de travail marketing. Au programme : affiner le positionnement, définir le ciblage des actions et élaborer le discours marketing de la solution. Nous souhaitons le maximum de succès à Knitiv, la plateforme sécurisée de partage documentaire interentreprises, multilogiques et multimétiers.

    Client : Juliana
    15 septembre 2015


    Créateur de sites web pour les hôtels, Juliana souhaitait proposer une offre entièrement adaptée aux restaurants. Constats de départ : les solutions gratuites sont parfois déceptives, et 80% des personnes recherchent et choisissent leur restaurant sur le web. Après étude complète des attentes, de la concurrence et des enjeux, Ciliabule a élaboré une gamme de 4 offres destinée à générer du chiffre d’affaires avec un site responsive design, mettant en avant la réservation online et proposant de maîtriser les avis clients.

    Client : Ciliabule partenaire de Chabanne + Partenaires
    15 septembre 2015

    Le cabinet lyonnais d’architecture Chabanne + Partenaires, 4ème français, s’entoure de Ciliabule sur le long terme pour épauler sa Directrice marketing et Communication. Séduit par notre vision marketing, le cabinet nous a confié plusieurs missions consistant à élaborer une approche presse basée sur une analyse marketing de l’entreprise, ainsi que la conception récurrente de contenus de type plaquettes, dossiers de presse, communiqués de presse…

    Client : Prestige s’équipe en marketing
    20 août 2015


    Face aux enjeux forts de développement du marché liés à la loi Macron, l’entreprise Prestige, spécialisée en électronique embarquée pour bus, tramway, train, a souhaité professionnaliser son approche marketing, revoir sa présentation de l’offre, affiner son positionnement d’entreprise. Elle a confié à Ciliabule la réalisation d’outils qui lui permettront de convaincre constructeurs et autocaristes.

    Start-up : L’impression 3D grand format Drawn
    18 août 2015


    Ciliabule donne un coup de pouce marketing à Drawn, la start-up d’impression 3D grand format choisie pour fabriquer les lions géants du nouveau stade de Lyon. Ce mois-ci, séance photo pour le nouveau catalogue de meubles et décoration qui présentent les beaux produits que l’entreprise édite en collaboration avec des designers.

    Start-up : Tea time for start-up! Start well? Start with marketing!
    22 juillet 2015


    Partenaire marketing du programme CGPME for start-up, Ciliabule a animé un atelier pour une trentaine de startuppers, en collaboration avec l’agence Wasari. Au menu : valider son positionnement, maximiser les chances d’accès au marché, comment faire du marketing un allié concret de la réussite d’un projet et coup de pouce marketing en live !

    Client : Natixis AM sollicite à nouveau Ciliabule
    31 juillet 2015

    Après le travail de 4 mois sur la nouvelle gamme OPC effectué en 2014, Natixis a confié à Ciliabule l’élaboration d’un guide complet sur la clientèle institutionnelle. Destiné à accompagner les chargés d’affaires de ses réseaux bancaires, ce guide de 50 pages suivra une approche à la fois pédagogique et marketing.

    Start-up : L’efficacité Altagem rencontre celle de Ciliabule
    2 juillet 2015


    La start-up Altagem, rencontrée par l’intermédiaire de la CGPME, a choisi Ciliabule parmi plusieurs prestataires pour l’épauler jusqu’au lancement de sa solution innovante de gestion des équipes mobiles. Plusieurs mois de travail débutent au cours desquels Ciliabule accompagnera Altagem, de l’élaboration du positionnement à la conception d’outils de commercialisation et au plan d’actions marketing.

    Client : Ciliabule sème chez De Sangosse
    14 avril 2015


    À la recherche d’un regard extérieur, le semencier français De Sangosse a fait appel à Ciliabule pour analyser ses problématiques et mettre en évidence des axes d’amélioration. Le travail de Ciliabule a dans un premier temps permis de faire émerger la nécessité d’un nouveau positionnement de marque. Ciliabule s’occupe désormais d’actions marketing stratégique et opérationnel qui ont été définies avec le semencier.

    Client : Marketing à la carte chez Hydram
    31 mars 2015


    Avec son offre Marketing à la carte, Ciliabule accompagne l’entreprise rhônalpine Hydram, fabriquant de matériel de secours et notamment de dispositifs hydrauliques de désincarcération. Notre intervention : repositionnement de l’entreprise, mise en valeur de ses forces, conception d’outils de présentation, coordination marketing de sa participation aux salons Interschutz et Milipol.

    Client : Natixis lance sa nouvelle gamme d’OPC avec l’aide de Ciliabule. 
    31 mars 2015

    Natixis AM a lancé la Sélection Patrimoniale, 14 solutions d’épargne pour le réseau Caisse d’Epargne. Cette gamme complète et simple d’utilisation dans le cadre d’allocations, propose des approches pertinentes, pleines de sens, pour aider les clients à revenir sur les marchés financiers. Nous sommes fières d’avoir collaboré avec Natixis AM pour élaborer l’ensemble des documents marketing nécessaires aux conseillers et aux clients.

    International : le Rapport d’étonnement sur Captown est disponible. 
    26 avril 2015


    Suite à son voyage d’étude de fin décembre en Afrique du Sud, Ciliabule sort son 3ème rapport d’étonnement marketing. Au fil des pages, découvrez entre autres les passerelles entre les marques françaises et sud-africaines, une analyse du marché pharmaceutique, un zoom sur l’icone Mandela, et un panorama du marché du vin local. De larges extraits sont disponibles sur notre Ciliablog. Ces analyses ont été présentées à plus de 40 clients et partenaires lors d’une soirée sur le plateau de TLM. En bonus : une dégustation de vins sud-africains et un buffet élaboré par Audrey Molitor de la P’tite Epicerie.

    Client :  S-ID fait confiance à nos idées ! 
    5 mars 2015

    Recommandé par RELVICOM, Ciliabule va accompagner l’entreprise S-ID basée en région lyonnaise pour le lancement d’une solution logiciel à destination des établissements de santé. Assister un chef d’entreprise fourmillant d’idées mais débordé, insuffler une vraie stratégie marketing dans l’entreprise, prendre en charge le mix marketing pour que le produit rencontre sa cible, l’essence même du métier de Ciliabule !


    Client : CHR-HA année 2 ! 
    26 janvier 2015

    CHR-HA avait été séduit en 2014 par la formule d’externalisation marketing complète proposée par Ciliabule. L’essai a été transformé et CHR-HA a tout naturellement reconduit sa collaboration dans le but d’imaginer et de mettre en place tous les nouveaux projets de développement de cette entreprise spécialiste des achats pour les hôtels et restaurants. Nous sommes ravies, et les remercions de leur confiance !
    www.chr-ha.com


    Client : Rhônexpress renouvelle sa confiance à Ciliabule. 
    14 janvier 2015

    Après une première année de collaboration marquée par l'accompagnement de Ciliabule dans le choix d'une nouvelle agence de communication pour Rhônexpress, Ciliabule et Rhônexpress travailleront de nouveau ensemble en 2015. Transdev, l'exploitant du tramway reliant Lyon centre à l'aéroport Saint-Exupéry a souhaité continuer à bénéficier des compétences de Ciliabule lors d'une année charnière au cours de laquelle les 5 ans du service de transport seront célébrés.
    www.rhonexpress.fr


    International : Cap sur Captown. 
    25 décembre 2015

    Après New-York en 2013 et Rio en mai 2014, Ciliabule poursuit sa découverte marketing des marchés internationaux en Afrique du Sud et notamment à Captown, capitale du design 2014. Création et design, innovations sur le marché du vin, types de consommation, Ciliabule compte rapporter de ce voyage d’étude de nouvelles bonnes idées et analyses que nous mettrons au service de tous nos clients dès 2015 !

    Lire la suite
    Nos réalisations 2014
    Client : Ciliabule can vibe.
    15 novembre 2014

    Chez Ciliabule, nous tenons à accompagner des clients de multiples secteurs d'activité afin de conserver une fraicheur d'analyse et de créer des passerelles entre les bonnes pratiques marketing. Entre Rio et Los Angeles, Ciliabule accompagne depuis peu le lancement et le développement d'Afrovibe, une nouvelle discipline fitness et ludique qui combine cardio-training, danse Africaine, danse du Moyen-Orient et danses caribéennes.
    www.afrovibe-danceworkout.com


    afro

     

    Client : Parlons monétique. 
    30 juin 2014

    Lancer une nouvelle offre est un moment majeur dans la vie d’une entreprise. Pour positionner et marketer sa nouvelle solution de paiement en plusieurs fois, Magellan, un des principaux éditeurset processeursde solutions monétiques a sollicité l’aide de Ciliabule sur plusieurs mois. Ciblage, tarification, argumentation client et commerciaux, tests produits, positionnement marketing, Ciliabule accompagnera l’entreprise jusqu’à la mise en marché.
    www.magellan-online.com


    magellan

     

    Clients : Ciliabule en force marketing additive chez Natixis Asset Management.
    21 septembre 2014


    Natixis AM a sollicité Ciliabule pour la mise en marché d’une gamme de nouveaux OPCVM à destination de l’un de ses réseaux. Ce grand groupe financier a été convaincu par les compétences en asset management de Ciliabule et par sa formule d’accompagnement marketing ponctuel. Pour quelques mois, Ciliabule aidera les équipes en place à absorber ce surcroit d’activité et à préparer ce lancement de produits dans les meilleures conditions possibles.

    natixis

    International : Ciliabule rentre de Rio.
    20 mai 2014

    Après New-York en 2013 et à la veille d'une Coupe du Monde qui va mettre le Brésil sous le feux des projecteurs , Ciliabule est allé découvrir les particularités du marché, les opportunités marketing, et les tendances consommation brésiliennes. La vigueur du marché de la bière, le succès de la marque Havaianas, le luxe au Brésil, le marketing touristique, la stratégie de Carrefour, voici quelques-unes des analyses que vous pourrez bientôt découvrir dans notre rapport d'étonnement disponible fin juin.


    Clients : Lancement d'un nouveau concept de "syndic accompagné" grâce à Ciliabule. 
    25 mars 2014


    Face à l'essor des syndics bénévoles, la société Avisione a eu l'idée de développer une offre qui prépare les copropriétaires à l'indépendance. A travers une étude de marché des syndics et de la copropriété en France, des séances de travail thématiques et la réalisation des outils commerciaux, Ciliabule a permis à la dirigeante d'élaborer et structurer sa nouvelle offre de syndic accompagné qui vient juste d'être lancée à Lyon. Une idée prometteuse qui devrait rencontrer son marché !

    avisione

    Clients : L’externalisation de la fonction marketing convainc de plus en plus. 
    15 janvier 2014


    Ciliabule a été choisi par la société CHR-HA pour devenir son Directeur Marketing externalisé. Cette société spécialisée dans les achats des acteurs de l’hôtellerie restauration propose une offre complète, de la centrale de référencement dédiée à ses 1300 adhérents au courtage, en passant par l’e-procurement. Créé en 2006, CHR-HA a pour cette nouvelle année de fortes ambitions que Ciliabule est ravi d’accompagner.

    chrha
    Lire la suite
    Nos réalisations 2013
    Clients : Ciliabule accompagne Rhônexpress.
    02 décembre 2013

    Fidèle a son positionnement de facilitateur marketing, Ciliabule va accompagner Rhônexpress durant 1 an. Lancé en 2010, Rhônexpress est le tramway reliant Lyon centre à l’aéroport Saint-Exupéry. Ce service de pointe a choisi Ciliabule comme Conseil pour l’aider à positionner sa stratégie de communication et à coordonner ses différents axes de développement marketing.Rhex


    Ciliabule : Ciliabule obtient le label de référence Profession Marketing PME. 
    13 novembre 2013

    Nous sommes heureuses d'avoir été labellisées "Profession Marketing PME" par l'Adetem (Association Nationale des Professionnels du Marketing). Ce label, lancé en février dernier avec le soutien du Ministère du Redressement Productif, valorise les prestataires marketing de confiance pouvant aider les PME à se développer. En recevant ce label, 1ère agence de marketing externalisé à l'obtenir à Lyon, nous avons signé la Charte de déontologie des prestataires marketing pour PME et officialisons ainsi notre engagement à agir avec éthique, professionnalisme et engagement dans l'intérêt de nos client !

    Clients : Ciliabule emballé par Emball’iso.
    27 septembre 2013

    Spécialiste de la chaîne du froid, Emball’iso propose une gamme innovante d’emballages isothermes pour le transport de produits thermosensibles. Pour affronter dans les meilleures conditions de nouveaux enjeux commerciaux, l’entreprise confie à Ciliabule l’élaboration d’un case study qui viendra appuyer ses démarches.


    emballiso_ciliabule


     

    Nouveau : Ciliabule devient « prof » !  
    10 septembre 2013

    Découverte du marketing pour les ingénieurs Epitech, école d’ingénieur informatique, cours de marketing création d’entreprise pour les Bachelor 3 de Sup de Com, Ciliabule aborde une suite logique de son parcours en apportant son expertise marketing aux étudiants. La pédagogie apportée aux étudiants nous permet en outre de garder un pied dans la réalité de l’éducation actuelle.

    Clients : Bienvenue HaGa Paris ! 
    31 juillet 2013

    HaGa est une marque de mini-joaillerie travaillant l’or mat sablé et et les pierres semi-précieuses. Auréolée de beaux succès mais n’exploitant pas tout son potentiel, elle a demandé à Ciliabule de l’aider à conquérir la place qu’elle mérite. Redéfinition de son positionnement, stratégie prix, collections, plan de développement France et international, le marketing du luxe en action.

    haga

    International : Destination New-York City. 
    03 juillet 2013

    Ciliabule a profité d’une escapade outre-Atlantique pour revenir avec un rapport d’étonnement marketing sur cette ville souvent en avance de phase. Lors d’une soirée thématique, nous avons présenté à nos partenaires les tendances détectées et notre décryptage du marketing US : nouveaux concepts de boutiques, nouveaux modèles de consommation, intégration du digital dans la vie américaine, spécificités du discours des marques, utilisation de la langue française… À découvrir sur notre site, pour voyager avec nous !


    Clients : Les jeunes pousses de Ciliabule.  
    12 juin 2013

    Un restaurant à Beaujeu, une boutique nouveau concept de mode à Lyon ou un cabinet de conseil en fusion acquisition : voici Le Retinton, Adjuste et EG Conseil accompagnés par Ciliabule pour lancer leur nouvelle entreprise. Des secteurs variés, des problématiques propres à chacun et la force du marketing pour tous ! Ciliabule a fourni un audit, du géomarketing ou encore des univers de communication à ces entreprises pleines de promesse !


    Clients : Lancement du produit de Cetakii !
     21 juin 2013

    Nous vous en avions parlé, le voici : un produit simple, efficace et utile : la jolie étiquette de bagage autocollante ! Découvrez les différentes collections sur le site www.cetakii.com Ciliabule est fière d’avoir accompagné sa cliente et de voir son projet se réaliser.


    cetakii


    Un nouveau produit naît grâce à l’accompagnement marketing de Ciliabule.


    08 février 2013

    En l’accompagnant dès la genèse de son idée, Ciliabule a aidé la créatrice d’entreprise à construire le marketing de son offre positionnement, attributs du produit, type de distribution, politique de prix, définition de l’identité visuelle de la marque... Nous vous dévoilerons bientôt ce nouveau concept, joli et utile !

    Clients : Repositionnement et changement de nom pour Stephan Métallerie.
    31 janvier 2013


    2 ans après avoir repris la société Pierre Stephan, le gérant a choisi Ciliabule pour l’aider à asseoir sa nouvelle stratégie d’entreprise. Le changement d’identité visuelle avait pour objectif de mieux se positionner en B to B mais aussi d’afficher plus clairement les valeurs différenciantes de l’entreprise.

    Steph-metal

    Interview de Ciliabule par LVE, Lyon Ville de l’Entrepreneuriat.
    15 novembre 2012

    Ciliabule fêtera son 1er anniversaire le 5 décembre 2012, l’occasion d’évoquer le rôle de toutes ces associations, dont Action’elles, qui œuvrent pour la création d’entreprises et le développement de l’activité.
    Lire la suite
    Interview de Ciliabule par LVE, Lyon Ville de l’Entrepreneuriat. 15 novembre 2012
    Ciliabule fêtera son 1er anniversaire le 5 décembre 2012, l’occasion d’évoquer le rôle de toutes ces associations, dont Action’elles, qui œuvrent pour la création d’entreprises et le développement de l’activité.
    Lire la suite
    Afrique du Sud : un “pharmerging market”
    3,9 milliards de dollars, une croissance annuelle de 6% estimée entre 2014 et 2018, voici quelques chiffres symboliques du marché pharmaceutique sud-africain, porte d’entrée sur l’Afrique Australe.
Outre ses nouveaux besoins liés aux phénomènes démographiques classiques, l’Afrique du Sud, consciente des enjeux à
la fois industriels et de santé publique, engage des politiques volontaristes. Accélération des délais de mise en marché, programmes de régulation, politiques d’industrialisation pour développer l’industrie pharmaceutique locale, mise en place d’un système de santé ambitieux ce qui reste assez rare sur le continent. Autant d’atouts qui ne peuvent qu’intéresser les « Big Pharma » en quête de relais de croissance face à la baisse des marchés américains ou européens. Mais les acteurs locaux n’ont pas dit leur dernier mot !

    LA PROBLÉMATIQUE DES GÉNÉRIQUES


    On le sait, l’innovation et les brevets
ont longtemps fait vivre l’industrie pharmaceutique et façonné son modèle économique. Elle est aujourd’hui confrontée à la perte de nombreux brevets des années 1980-1990 qui tombent dans le domaine public, obérant ainsi sa rentabilité. Les génériques deviennent donc un des enjeux majeurs de l’industrie. Les mastodontes du secteur doivent chercher des croissances en volumes plutôt qu’en valeur, alors même que des acteurs locaux sont en capacité de fabriquer ces génériques. Les pays occidentaux sont souvent arrivés trop tard sur ce marché à potentiel que des fabricants chinois et indien, Cipla par exemple, ont cherché
à conquérir avant les années 2000 en construisant de nombreuses usines. L’Afrique du Sud est le 3ème consommateur de médicaments génériques, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne.

    QUELLE STRATÉGIE FACE A CES BOULEVERSEMENTS ? L’EXEMPLE DE SANOFI


    Sanofi est la première industrie pharmaceutique implantée sur le continent africain comme sur l’ensemble des marchés émergents. L’entreprise a suivi une logique de diversification territoriale, s’est implantée localement y compris dans le secteur des médicaments génériques.
Sa stratégie ? Plutôt que d’exercer son lobby contre les réformes qui favorisent
le marché des génériques, les soutenir pour contrer ceux de ses concurrents encore dépendants de médicaments exclusifs, Pfizer par exemple. Sanofi
utilise également sa bonne image, ses partenariats humanitaires pour s’imposer dans l’écosystème pharmaceutique des pays émergents. Et pour lutter contre les géants du générique et les producteurs locaux, l’entreprise développe des partenariats public/privé, privé/privé
et poursuit ses investissements sur le continent.

    Sources : Deloitte, Ecofin 2012




    3ème volet des voyages d’étude de Ciliabule, après New-York City et Rio de Janeiro. Direction la pointe de l’Afrique, nouveau continent à explorer pour Ciliabule, nouvelles analyses à mener et nouvelles bonnes pratiques à étudier. De l’industrie pharmaceutique à l’icône marketing Mandela, du marché du vin au modèle Airbnb, voici un panorama subjectif de ce que nous avons découvert, examiné, expérimenté. Ces voyages sont l’occasion pour Ciliabule d’étudier les différentes problématiques marchés, pays et secteurs d‘activité, de rester connectée, d’analyser les bonnes pratiques, et de mettre l’ensemble au service de nos clients.
    Lire la suite
    Le marketing sans arêtes de la Belle Iloise
    Cette conserverie bretonne est née en 1932, à Quiberon, de la pêche à la sardine.  Sa crème de sardine au whisky, ma préférée, n’est plus qu’une référence parmi les nombreuses boîtes colorées que l’on retrouve au sein de ses propres magasins.

    Décryptage d’une stratégie… dans le ton !

    La distribution : dire non à la grande distribution a incontestablement été une des clés de voutes de son succès.  Pas question de sacrifier aux impératifs de prix bas et de rentabilité de ces circuits, l’idée de départ est de les vendre directement aux vacanciers qui débarquent l'été. Avant d’ouvrir ses propres boutiques, aujourd’hui plus de 60…

    e-commerce : pendant longtemps les boutiques se situaient uniquement sur la côte atlantique. Les vacanciers se régalaient, faisaient quelques stocks avant leur départ, alors il aurait été idiot de se priver de débouchés hors vacances. La vente en ligne sur le site de la marque a vite pris le relais, et représente aujourd’hui plus de 40% de chiffres d’affaires.

    Il était une fois… Vendre la mer, la pêche, l’histoire des produits. La Belle Iloise sait mettre en valeur ses ingrédients, son ancrage, ses choix culottés, son savoir-faire, et sa matière première. D’autant plus facile que l’on parle d’ingrédients naturels, qui fleurent bon les embruns, le terroir et la cuisine.

    Parler au consommateur : mettre à disposition des  fiches recettes en magasin, jouer sur les mots dans les noms des produits, soigner le service, faire goûter les nouveautés, mettre en scène les produits en boutiques, animer joyeusement les rayons, envoyer un emailing à chaque nouveauté, tout est fait pour que le consommateur se sente proche des produits et de l’univers.

    Jouer sur les tendances produits : les produits de la mer sont trop classiques ? Qu’à cela ne tienne, la marque les transforme en des émiettés qui font rêver en incorporant des épices d’ailleurs ou des ingrédient exotiques.  Sardines aux épices orientales, émietté de maquereau à la bière blanche, thon à la Marie-Galante, émietté de maquereau des boucaniers, comme en cuisine la seule limite est l’imagination (et quelques contraintes de fabrication).

    La dynamique des nouveautés : réinventant le produit, la façon de le cuisiner, de le présenter et de le consommer, la marque a bien compris l’impact des nouveautés sur les achats. Chaque saison voit les rayons s’agrandir de nouvelles recettes ou préparations, ce qui incite donne des idées aux clients, les incite à tout goûter et à revenir !

    Réinventer la dégustation pour multiplier les occasions d’achats : sardines préparées de différentes manières, soupes, petites marmites, préparations froides ou chaudes, pour les pique-nique, pour l’entrée, en repas, en apéro, tout est conçu pour que les produits Belle Iloise deviennent une source d’inspiration de repas, et non une simple boîte de sardine achetée occasionnellement.

    Quand la boîte de conserve devient cadeau : dans le même esprit, l’entreprise a su embellir ses produits en les proposant dans des coffrets que l’on a envie d’offrir. Les possibilités de déclinaisons thématiques sont infinies : Valisette « Mister homard et Dame sardine en goguette », Petit coffret “On dirait le Sud”, cube “Petit apéro des amis”,  coffret « thons sur tons » qui a dit qu’on ne pouvait pas s’amuser avec du thon ou du maquereau ? Résultat, un pic de ventes en fin d’année !

    Packaging coloré et connivent : on connaît l’influence du packaging sur l’achat coup de cœur. Difficile de faire mieux que ces coffrets colorés, aux illustrations ludiques mettant en scène les poissons. Plaisir des yeux  avant celui des papilles. Et joli contraste avec le côté rétro travaillé des boîtes de conserve qui permet de maintenir le lien avec l’histoire maritime et bretonne.

    Entre tradition, authenticité et innovation, la Belle Iloise sait se réinventer sans couper le lien avec son histoire et ses consommateurs. Un marketing très étudié, à la portée de nombreuses marques. À bon entendeur….
    Lire la suite
    L’épicerie fine, un marché alimentaire qui fait saliver …
    Le postulat de départ est plutôt clair. Je ne cherche pas les mêmes produits si je fais mes courses en GMS ou dans une épicerie fine. Cette dernière, gage de bon goût et de produits locaux de qualité, est un concept largement développé en France (et à l’international) depuis de nombreuses années. N’en déplaise à un contexte économique grincheux et mouvant, pour une cible de consommateurs finalement plutôt large, les contraintes budgétaires fondent comme neige au soleil quand il s’agit de bien se nourrir avec du bon et avec du sain. Luxe et Terroir sont les maîtres-mots de ces points de vente pas comme les autres.

    D’un point de vue marché, une récente étude Xerfi-Precepta place l’épicerie fine comme l’un des segments de franchise les plus porteurs jusqu’en 2017. Un marché en pleine mutation et structuration tant les canaux de distribution sont riches et différents : magasins spécialisés, comptoirs dédiés dans les supermarchés, sites de e-commerce. A l’instar de Fauchon, grande maison créée en 1886, de grands noms de l’épicerie de luxe investissent dans leur marque, dans leur communication et annoncent des prévisionnels de CA alléchants (Comtesse du Barry, Lafayette Gourmet, la Grande Épicerie de Paris, …). De plus petites enseignes, parfois spécialisées dans une seule gamme de produit et implantées en centre-ville, valorisent quant elles un marché de proximité grâce à des produits locaux, fabriqués dans la pure tradition d’une région qu’elles représentent. Force est de constater également le foisonnement de corners en GSA, ces mastodontes de l’alimentaire misant de plus en plus sur une offre haut de gamme à prix plus accessibles que leurs voisines de marché.

    Un point d’alerte cependant aux vues du nombre d’acteurs sur le segment, certaines marques peinent à trouver leur trend voire s’y perdent comme la marque Hediard, pourtant fleuron représentatif du concept, qui a déposé le bilan en 2014 et qui a été rachetée en fin d’année.

    Un marché à fort potentiel donc, à l’offre parfaitement définie, mais en prise à l’engouement massif de ses distributeurs. En témoigne l’analyse de ce salon spécialisé, Gourmet Food and Wine Sélection (http://www.salon-gourmet-selection.com/Le-salon/Actualites-du-salon-Gourmet/Focus-sur-le-marche-de-l-epicerie-fine) dont la prochaine édition fin 2015 devrait confirmer les tendances d’un concept qui a le vent très en poupe.

    Quelques facteurs clés de succès marketing ?

    • Une offre pointue afin de se démarquer des corners de grandes surfaces : il ne suffit pas de se prétendre épicerie fine, les consommateurs sont avertis

    • Une vraie connaissance et un suivi des produits : le partenariat créé avec les producteurs fera la différence

    • Un assortiment important, dans l’ensemble des types de produits et une rotation régulière en magasin afin jouer sur l’effet nouveautés et faire tourner les stocks

    • Une offre marketée en mettant en avant ses points forts : authenticité, productions artisanales, mise en avant des savoir-faire, explications, utilisation des produits etc…

    • Une mise en scène permanente des produits, les mixer entre eux pour proposer des coffrets lors des événements du calendrier  (coffrets crêpes à la Chandeleur par exemple) ou pour tout type d’occasion (apéro, goûter, cadeau…)

    • Une offre commerciale spéciale entreprises à penser, pour les cadeaux d’affaires par exemple

    • Une communication régulière et efficace : flyer, infos de sa base clients, partenariats avec d’autres commerçants etc…

    • Un design boutique étudié : revisiter, suivant l’inspiration, les codes de anciennes épiceries à travers les étagères, les bocaux, l’enseigne, les comptoirs, les étals etc…

    • Un service clients aux petits oignons : accueil, renseignements, réactivité, emballage, cadeaux, fidélisation, réponse aux demandes particulières etc…

    Lire la suite
    MacDo est-il toujours McDonald’s ?
    Lors de mes cours en marketing de service à Grenoble EM il y a quelques longues années (…), nous avions étudié la servuction, c’est à dire la production de service, de McDonald’s. Une certaine exemplarité d’un modèle et d’une offre bien pensés, avec des process adaptés au service proposé et des clients convaincus car ils trouvaient ce qu’ils étaient venus chercher, une restauration rapide, à moindre coût et des formats de nourriture différents. L’entreprise savait parfaitement comment concilier satisfaction clients et rentabilité.

    C’est la raison pour laquelle ma dernière visite au McDo de Rillieux en région lyonnaise m’a interpellée. Je m’étais déjà interrogée sur la commande en ligne lancée il y a peu : pourquoi proposer aux clients de commander à l’avance dans le cadre d’une restauration rapide ? Comment gérer le délai entre la prise de commande et la venue du client, lorsque les variables d’ajustement sont minces puisque le repas est prêt en quelques minutes et doit être servi chaud ? L’intérêt de McDo est clairement de récupérer des données clients qu’il pourra utiliser pour connaître les attentes des consommateurs, et les cibler dans le cadre d’opération marketing. Mais l’intérêt du client ?

    Parlons également des bornes de commande tactiles en restaurant. Certes, elles sont efficaces et assez ergonomiques en correspondant aux modes de communication de la cible. Nombreuses, elles donnent au client l’impression qu’il est pris en charge tout de suite car il peut commander rapidement et faire son choix plus tranquillement. Mais elles aident surtout à augmenter le panier moyen en poussant à l’écran moult produits complémentaires!  Et elles ne font que déplacer l’attente vers la préparation de la commande, avec des process et une organisation en deçà de la promesse…

    Dernière innovation en date, testée donc au MacDonald’s de Rillieux, le service à table… Vous commandez seul à l’aide de la borne, puis vous vous installez et attendez que l’on vous apporte votre commande. Nous sommes donc passé du « je passe ma commande auprès de quelqu’un puis je me débrouille » à « je me débrouille puis quelqu’un vient me servir ». En théorie de marketing des services, participer à la production du service permet d’en faire baisser le prix puisque le client prend en charge des taches qui seraient sinon effectuées par du personnel. Mais la responsable croisée par hasard nous a indiqué avoir recruté une dizaine de personnes en plus pour ce nouveau concept. La motivation de l’enseigne ne semble donc pas être l’économie de personnel…Le résultat est assez drôle, certains clients fulminant face aux bornes d’accueil qu’ils ne maîtrisent pas forcément, tandis que d’autres attendent à table légèrement désœuvrés. Pourquoi alors proposer ce service en plus ? Satisfaction clients ? Fluidité?

    Dernière trouvaille : le « salad bar » destiné à montrer que tout est frais et préparé au dernier moment. Une innovation qui vise à tangibiliser l’axe de communication suivi par McDo France depuis quelques années,  pour se constituer une réputation plus en adéquation avec les tendances du manger sain et contrer les nouvelles enseignes plus qualitatives… Et qui peut permettre de convaincre les parents accompagnant les enfants pour élargir la cible.

    Face à l’offensive Burger King entre autres, au développement du snacking (Chiffre d'affaires global du secteur en France : plus 45 milliards d'euros en 2013, source  cabinet Gira Conseil), à l’essor des burgers y compris dans la restauration traditionnelle, au contexte lié aux problématiques alimentaires, McDonald’s cherche clairement à réinventer un modèle qui semble montrer quelques signes de faiblesse dans le monde (et moins en France) d’après ses résultats économiques. Mais ces innovations vont-elles dans le sens des attentes de sa cible ? Pourquoi l’enseigne choisit-elle de se battre sur des territoires qui ne sont pas dans son ADN ? A surveiller attentivement…d’un point de vue marketing bien sûr !
    Lire la suite
    Carglass, promesse tenue !
    Carglass répare oui, cela tout le monde le sait. Mais la marque ne s'arrête pas là. Elle s'engage, recrute, recycle, communique dessus et surtout, surtout, tient ses promesses.

    Leur campagne de communication massive ne vous aura pas échappé. Un message clair et répétitif qui assure une réparation ou un remplacement de votre pare-brise abimé, dans leurs centres, chez vous ou n'importe où, du moment que cela vous facilite la vie. Ainsi que de ne pas avancer les frais si votre assurance prend en charge le bris de glace. Plus que le produit, c'est un véritable service différenciant que Carglass prétend proposer.

    Et force est de constater que leur plan de communication fonctionne puisque la marque est aujourd'hui leader sur son segment avec plus de 33 % de part de marché et prés de 3000 salariés en France. (Source : http://www.lesechos.fr/22/01/2013/LesEchos/21359-084-ECH_carglass-continue-a-investir-en-france–en-depit-d-un-contexte-difficile.htm)

    Une belle position due à leur stratégie média mais pas seulement. Nous avons testé, l'expérience client est réussie ! Leur message est en complète adéquation avec leur offre de service, sur l’ensemble de la chaîne. Que ce soit sur leur site où un diagnostic est fait en ligne, où un conseiller vous rappelle dans les 20 minutes préalablement annoncées, ou par appel direct, le traitement des demandes est « impeccable ». En témoignent les avis consommateurs mis en ligne directement sur leur site (http://www.carglass.be/Evaluations-et-experience-de-Carglass-R.36705.0.html), démarche parfois risquée à laquelle toutes les entreprises n'osent pas se confronter… Le parcours client est donc exemplaire de la prise de rendez-vous à la réactivité de traitement, en passant par la qualité de la prestation jusqu'à l'enquête de satisfaction en ligne. 

    L'actualité corporate de la marque est également riche : Carglass se positionne en tant qu'entreprise éco-citoyenne : http://www.lsa-conso.fr/carglass-veut-recycler-100-de-ses-pare-brise-en-2016,192691, elle lance des campagnes de recrutement qui valorisent la diversité : http://www.indicerh.net/content/5100-Carglass-r%C3%A9pare-mais-recrute-aussi.html, participe à la nouvelle branche « Services multimarques de l'après-vente automobile » du CNPA (Conseil National des Professions de l'Automobile)… et bien évidemment, elle le fait savoir !

    De la théorie à la pratique, Carglass est un parfait modèle de marketing des services parfaitement appliqué qui vise à tangibiliser le service. Une vraie stratégie offensive, ciblée et cohérente.  Qui niera maintenant n'avoir jamais pris une pièce de 2 euros pour mesurer l'impact sur son pare-brise ? Et anticiper s'il allait pouvoir être juste réparé ou complétement changé ? Merci qui ?!
    Lire la suite
    Les tendances du SIRHA 2015 #2
    PCB Création, un stand coup de cœur tout en couleurs et tendances pour une entreprise qui réinvente les décors des pâtisseries.

    Nespresso profite du Sirha pour faire ses RP


    Privatisation d’un studio photos dans Lyon 7ème, relooké pour l’occasion en Atelier Nespresso. Journalistes, bloggueurs, grands comptes, clients très fidèles y étaient invités pour déguster une cuisine de haut vol et des plats à base d’un des crus Nespresso, élaborés par des chefs  de renom. Les vins, eux, étaient sélectionnés par le sommelier MOF Fabrice Sommier.

    Ces moments privilégiés, déclinés dans le monde entier, affirment une fois de plus le positionnement haut de gamme et gastronomique voire exclusif de la marque. Hashtag #ateliernespresso mis bien sûr en place pour assurer le buzz et le partage sur les réseaux sociaux.
    Lire la suite
    La relève de l’arbre Magique !
    Qui ne se rappelle pas ce sapin coloré sentant la vanille suspendu au rétroviseur des voitures ? Sur le marché des désodorisants de voiture, l’Arbre Magique - marque déposée - est leader depuis des décennies. Reconnaissable par sa forme, l’Arbre Magique a élargi sa gamme en se diversifiant avec des spray ou flacon désodorisant.

    Pour rester dans la tendance, de nouvelles couleurs et des graphismes originaux ont été lancés. Une stratégie réseaux sociaux a été mise en place avec une page Facebook notamment surfant sur les actualités tenue par le distributeur officiel SDAA.

    Le Journal du Net le disait déjà en 2004 (http://www.journaldunet.com/management/dossiers/040640innovation/arbremagique.shtml) : une stratégie au niveau européen bien rôdée et un leadership incontesté.

    Mais sur ce marché qui commence à bouger, quelle place peut prendre une petite entreprise française ? L’entreprise scentway (Idscent) a choisi d’ apporter une véritable innovation sur le produit pour marquer la différence :

    -       proposer des parfums complexes et structurés : « une envolée de bergamote, sur un cœur de jasmin et un fond de cèdre, de santal et de cuir » peut-on lire sur un des produits “voyage à New-York”

    -       assurer une durée de vie plus longue en encapsulant le parfum non plus sur une feuille de cellulose mais sur une résine composite

    -       Et pour montrer l’importance de l’odeur, le client peut se faire une idée du parfum avant achat grâce à une petite pastille sur le packaging.

    Le positionnement prix est certes plus élevé (plus du double) mais le produit étant plus qualitatif, il est justifié et accepté par les clients.

    Et pour ne pas attaquer de front l’Arbre Magique, Scentway rappelle aussi sur son packaging que son produit - en plus d’être suspendu au rétroviseur - peut également être glissé dans le sac à main, dans un tiroir ou dans le dressing !
    Lire la suite
    Le marketing étincelant du joailler brésilien H. Stern
    Connaissez-vous beaucoup de marques inscrites dans les guides touristiques ? H.Stern, le célèbre joailler brésilien a réussi ce tour de force !

    Le siège social de l’entreprise H. Stern, née en 1945, est à Rio de Janeiro. C’est aussi une boutique, la plus importante parmi les 280 points de vente dans le monde. Mais plus surprenant, c’est aussi un musée qui est la 3ème attraction de la ville, juste après le Corcovado et le Pao de Açucar.

    Retour sur un parcours client (trop ?) bien étudié qui mènera tous les touristes à la boutique H.Stern quel que soit leur chemin…

    H. Stern a jalonnée la ville de Rio de Janeiro de boutiques et showrooms, pour aller à la rencontre des touristes. Dans chaque hôtel de luxe, chaque mall comme au sommet du Pao de Açucar, on tombe sur une vitrine qui présente joliment les bijoux de la marque. On s’y arrête forcément… Maintenant que vous êtes ferrés, on vous propose alors de vous emmener depuis n’importe quel point de la ville jusqu’au siège mondial H. Stern, puis de vous ramener à votre hôtel ou ailleurs, gracieusement, grâce à un coupon que vous remettez au chauffeur de taxi! Pour convaincre ceux qui sentent le piège, le discours est principalement orienté sur les expertises uniques que vous allez y découvrir, la taille des pierres, la fabrication, sans engagement bien sûr !

    La vendeuse vous remet alors un plan, votre coupon taxi, un petit guide sur les pierres précieuses. Et comme vous êtes spécialement sympathiques, elle vous offre un « welcome gift » sous la forme d’une médaille étoilée avec le dessin stylisé du Pao de Açucar.

    Nous ne résistons évidemment pas, nous voilà au cœur d’Ipanema, à l’entrée de H. Stern. Voiturier, entrée grandiose, accueil souriant par de charmantes hôtesses qui après un premier bonjour brésilien pour faire couleur locale nous demandent d’où l’on vient. A peine le temps de prendre l’ascenseur en direction du musée-atelier que nous voici accueillies à l’étage dans notre langue (les hôtesses du bas ont prévenues leurs homologues en 2 secondes) et un audiophone en français nous est remis. C’est parti pour la visite ! Présentation de Hans Stern, jeune allemand parti  à la découverte de la richesse du Brésil en pierres précieuses qui monta un empire, les explications sur le travail de la pierre brute jusqu’au bijou final et…. des vitrines tout le long du couloir où le personnel, face à nous, travaille et façonne les pierres. La mise en scène est assez étrange, les employés/acteurs paraissent un peu blasés d’être scrutés par les touristes en short. Le message est cependant clair : L’excellence H.Stern est là. Tout est beau, tout est lisse, tout est parfait, comme leurs bijoux…

    Merci pour la visite, vous avez aimé ? Tant mieux, car c’est l’heure de l’achat. Un vendeur vous « réceptionne » en français à la fin de la visite, et vous montre les coffres forts qui détiennent bien évidemment le bijou qu’il vous faut ! Un café ? Une boisson fraîche ?  Il devient très difficile, après autant d’attentions, de ne pas s’asseoir pour découvrir quelques-unes de leurs merveilles. L’acte d’achat n’est plus très loin…
    Lire la suite
    Le bien-être Made in Brasil
    Le culte du corps n’est pas une légende au Brésil. Il suffit de se promener sur les plages de Copacabana ou d’Ipanema dès 5 heures du matin pour le confirmer ! Zoom sur 4 emblèmes de cette tendance majeure qui fait rythmer santé et beauté.

    Natura

    Le leader de la cosmétique au Brésil, dont le positionnement est très proche de celui de « Body Shop » par exemple, est né à Sao Paolo en 1969. L’entreprise réalise 90% de son chiffre d’affaires en local.  Le marketing de la marque met en musique de nombreux engagements en faveur de la nature qui séduisent les consommatrices : utilisation des vertus de la biodiversité brésilienne, aucun test sur animaux, ingrédients naturels, suppression des sur-emballages, … Au Brésil, Natura a basé son développement commercial sur la vente en réunions à domicile, tandis qu’en France une boutique à Paris dans le 6ème est le fer de lance de la conquête du marché hexagonal.

    Les salles de sport

    En moins de 10 ans, leur nombre a triplé en passant de 7 000 en 2006 à 22 000 aujourd’hui. La moitié de la population du Brésil est inscrite dans une « academia » et la grande majorité des immeubles résidentiels propose une salle de sport. Le sport fait partie intégrante de la culture locale, et aller quotidiennement à la salle de sport est un réflexe naturel des brésiliens.

    Les compléments alimentaires

    Guarana, baie d’açai, noix du Brésil… ce n’est peut être pas un hasard si ces nouvelles plantes aux vertus plébiscitées par les consommateurs viennent du Brésil. Les compléments alimentaires de toute sorte y explosent et représentent désormais un marché de 224 millions d’euros. Les packaging rivalisent d’ingéniosité avec notamment des doses individuelles et prêtes à la consommation. Le marketing se veut parfois assez ludique pour rendre encore plus accessible le produit, en créant une connivence avec le client.

    Phoebo

    PHOEBO est une parfumerie née en 1930, dans le but de créer au cœur de l’Amazonie une ligne  de produits cosmétiques d’excellente qualité. La marque se positionne désormais en cosmétiques chics en utilisant tous les codes marketing qui marchent !

    • Packaging un peu vintage façon apothicaire

    • Communication basée sur l’ancienneté et la côté authentique de la marque

    • Mix produits de recettes simples et anciennes (savons, talc) et d’innovations cosmétiques plus tendances

    • Distribution en boutiques en propre jolies et design (ainsi qu’en grande surface pour les savons)

    Lire la suite
    Brésil : un marché du luxe à potentiel
    Dans un pays qui compte chaque jour 19 millionnaires supplémentaires d’après Forbes, les marques de luxe se positionnent pour conquérir ce nouvel eldorado considéré comme le relais possible de la Chine. Le défi est cependant de taille dans un pays qui présente certaines particularités…

    L’histoire du luxe

    Les marques de luxe étrangères, italiennes et françaises en tête, ont commencé à s’intéresser au Brésil dès les années 1990 pour les précurseurs. Si Sao Paulo concentre 70% du marché du luxe brésilien, les marques s’intéressent désormais à Rio et Brasilia.

    Les malls, les Champs Elysées ou Rodeo Drive du Brésil

    Certaines marques ont des boutiques isolées mais la majorité d’entre-elles est regroupée au sein de malls, ces centres commerciaux de luxe qui deviennent de véritables lieux de vie pour les populations les plus aisées. Pour éviter les pluies tropicales, les embouteillages et les risques liés à l’insécurité notamment, les consommateurs brésiliens privilégient ces malls pour leur shopping, y passent des journées entières, y font 1 heure de sport entre 2 boutiques, y déjeunent et dînent et s’y donnent tous rendez-vous. D’autant que ces structures proposent une multitude de services avec conciergerie, voituriers, liftiers pour que la clientèle y passe le plus de temps possible. Les marques de luxe ont bien compris où était leur intérêt et profitent des avantages mis à leur disposition pour accéder à un marché qui, autrement, nécessiterait beaucoup plus de moyens : traque des nouvelles marques, gratuité de la location les premiers mois, prise en charge du pas-de-porte,  aide à l’implantation pour contrer la complexité de la fiscalité locale, …

    Les habitudes de consommation

    Les Hermès, Vuitton, Dior et autre Louboutin ont fait leur éducation brésilienne pour s’adapter à certaines habitudes locales : les vendeuses ont les portables de leurs clientes qu’elles livrent directement dès qu’elles reçoivent les nouvelles collections et avec qui elles déjeunent. Le service sur-mesure de très haut de gamme est ici prépondérant ! Et contrairement à ce que l’on peut connaître chez nous, les brésiliennes achètent leur sac Chanel à crédit, non par contrainte mais parce que cela fait partie des mœurs !

    Le luxe brésilien émergent

    Le luxe au Brésil est très majoritairement représenté par les marques occidentales. Encore peu de noms brésiliens parviennent à s’imposer sur la scène internationale.  Citons Osklen,  fondée en 1989, marque sportswear chic qui suscite les convoitises de LVMH ou Kering, ou H. Stern qui est le symbole de la joaillerie brésilienne.

    Le Colette local : Dona Coisa

    Le très chic concept-store parisien a son petit frère à Rio,  près du jardin botanique. Sélection pointue d’accessoires, de vêtements et de bijoux pour les amateurs de nouveautés, dans un décor contemporain et rythmée par des animations tendance : Perrier et Studio Harcourt avec son photomaton haut de gamme étaient à l’honneur lorsque nous y étions, les marques françaises comme éternelles symboles du luxe…

     
    Lire la suite
    Y-a-t-il une place pour le vin au Brésil ?
    Avec une consommation de 1,9 litres par personne et par an, on est loin des 60 litres de bière et des 20 litres de cachaça ! Mais le marché est en plein développement et le potentiel est énorme. Le vin rouge reste le vin préféré au Brésil.

    Les signes de développement

    -       les bars à vins commencent à faire leur apparition, ainsi que des rayons spécialisés dans les supermarchés.

    -       la consommation de vin n’est plus réservée qu’aux seules fêtes comme auparavant, même si le vin est plus souvent consommé à l’extérieur du domicile.

    -       les brésiliens voyagent de plus en plus ce qui influent sur leurs goûts en vins

    -       les produits de meilleure qualité ont le vent en poupe.

    -       le vin est réputé meilleur pour la santé et à ce titre intéresse les brésiliens sensibles au marketing des produits nutritionnels.

     Les obstacles

    -       Le vin est surtout importé, 75 millions de litres par an majoritairement chiliens et argentins,  et les taxes augmentent considérablement les prix. Le vin français est à la 5ème place et s’adresse encore principalement aux amateurs à fort pouvoir d’achat.

    -       En termes de production locale, le vin brésilien est  à la recherche de son identité : le vin national a une image médiocre, même si cela évolue.
    Lire la suite
    Le Brésil, l’autre pays de la bière !
    Si le foot est identifié depuis longtemps comme partie intégrante de la culture brésilienne, la bière le suit de près ! Un sondage récent a même placé ce type de boissons comme la 2ème passion des brésiliens après le ballon rond.

    Climat propice aux boissons fraiches, augmentation du pouvoir d’achat, la demande de bières s’étend à de nouveaux consommateurs et le marché est en pleine évolution.

    Bières à toutes les sauces !

    A tout moment de la journée, dans les bars et restaurants comme chez soi, la bière est partout. Les rayons des hypermarchés en regorgent, on en trouve pour tous les goûts et elle est même consommée en sorbet !  Au Brésil, 4è brasseur mondial de bières, le marché de la bière est le plus important du secteur des boissons alcoolisées tandis que la plus grande entreprise du pays en valeur est la brasserie Ambev. La consommation atteint environ 60 litres par habitant et par an. Le breuvage préféré des brésiliens est principalement vendu en bouteille de 600 ml ou en canette de 350ml.

    Les tendances du marché

    • La « premiumisation »


    Grâce notamment à la hausse du pouvoir d’achats de ces dernières années, les produits de meilleure qualité et plus chers conquièrent des parts de marché. Le segment des bières spéciales prend de l’ampleur, les innovations dynamisent le marché, les bières étrangères et importées, belges par exemple, attirent de plus en plus.

    • Les bières de microbrasseries


    Dans la même lignée, les bières artisanales répondent aux besoins de différence d’une niche non négligeable de consommateurs. Des microbrasseries créent des produits de plus en plus originaux, à base de café ou de cassonade par exemple.

    Des campagnes marketing et publicitaires qui rivalisent d’imagination

    -       en 2013, la bière brésilienne Skol a montré comment recycler les bouteilles et canettes en objets design pour que les hommes aient leur mot à dire dans la décoration des appartements !

    -       la marque Focal a proposé peu avant la Coupe du monde que le ballon rond devienne un nouveau Dieu : pétition en ligne et caution juridique ont permis de créer le buzz autour de la marque.

    -       Pour promouvoir la convivialité, la marque Polar a récemment mis au point un refroidisseur de bouteilles de bière qui coupe tous les signaux de connexion Wifi, 4G etc…  une façon de montrer qu’une bière a le pouvoir d’isoler des réseaux sociaux et d’éviter d’être rivés à son smartphone.

    - Lors du carnaval de Rio, la marque Antarctica, sponsor officiel, a mis en place un tourniquet de métro inédit fonctionnant avec une canette de bière vide. Un moyen d’inciter à rentrer en métro après avoir consommé de l’alcool et pour la marque de montrer son engagement dans la lutte contre certains effets de l’alcool.
    Lire la suite
    Tendances sur le salon international de la lingerie
    Au salon international de la Lingerie, découverte des tendances pour les prochaines saisons : Continuité des couleurs des saisons précédentes avec un travail sur la matière plus approfondi et le souci du détail : jersey matelassé, dentelle, voile, motifs et arabesques… Et place au fait main où l’authentique a toute sa place.
    Lire la suite
    Notre regard sur les derniers salons
    Visite (pluvieuse !) aux salons parisiens Mod City consacré à la lingerie et Whos’next pour le prêt à porter et les accessoires.

    En lingerie, les tendances consacrent un certain sexy assumé et la noblesse des matières. Le ludique est moins présent, le féminin est assez typé.  A noter le retour d’Ines de la Fressange en collaboration avec Fifi Chachnil, la jolie Maison Lejaby, les maillots de bain Albertine qu’on adore, et certains packagings décalés.

    En accessoires, les bijoux osent au final assez peu : le bijoux fin de type mini-joaillerie est toujours présent, les inspirations voyages fonctionnent également bien. Coup de cœur pour la marque américaine Design Hype (qui cherche à être distribuée en France) et ses manchettes en acier sur lesquelles les plans de métro de Paris, New-York ou Londres sont gravés au laser.  Et quand l’univers de la joaillerie rencontre celui du tatouage, cela donne Flash Tattos, des tatouages éphémères qui vont n’en doutons pas décorer la peau des fashionistas cet été !

    Coté foulards, rencontre très sympa avec Raphael le fondateur de Krama Heritage qui nous a dévoilé avoir fortement misé sur la communication dès le départ pour ensuite attirer les acheteurs, stratégie clairement payante! Prochaine étape pour la jeune entreprise pleine de projets, élargir sa gamme de produits pour enrichir sa marque, en cohérence avec son positionnement initial.
    Lire la suite
    USA : AUTRE PAYS, AUTRES MODES DE CONSOMMATION
    Les américains utilisent le parfum sous un format peu développé en France : le rollerball. Pour répondre à ce besoin, les grandes marques se doivent de conditionner leur produit différemment. Séphora, l’enseigne de distribution de cosmétiques du groupe LVMH, a elle aussi intégré cette particularité produits dans ses magasins de New York en dédiant un comptoir à ces parfums. Pour faire écho à un point abordé plus haut, une marque française qui souhaite attaquer ce marché devra étudier l’intérêt pour elle de ce type de conditionnement.

    Bien plus qu’un simple dessert, le yaourt est un produit occupant une place à part aux USA. La marque Chobani l’a bien compris et s’affiche dans une jolie boutique à Soho. Ses préparations de yaourt à la commande complétées d’ingrédients frais choisis par le client rencontrent un franc succès auprès des new-yorkais attentifs à leur ligne et à leur santé.

    En France, le homard est un produit de luxe, peu accessible et souvent consommé avec un cérémonial particulier. A New York, vous pouvez non seulement déguster des hamburgers au homard dans plusieurs endroits, mais aussi des homards entiers dans une boutique/restaurant de Chelsea Market. Touristes et new-yorkais viennent ici à toute heure manger debout un demi-homard servi dans une assiette en carton et sans fioriture.
    Lire la suite
    QUELQUES EXEMPLES MARQUANTS D’APPROCHE DU SERVICE MADE IN USA : BANQUE, MOBILE ET DISTRIBUTION
    Comme l’ont compris de plus en plus d’entreprises, le marketing des services requiert une approche particulière. A cause de son intangibilité, de sa périssabilité, de l’implication du consommateur dans la production dudit service entre autres, il impose une approche différente et est le territoire d’innovations spécifiques. Voici donc quelques-unes de nos découvertes new-yorkaises en la matière.





    • La banque d’origine canadienne TD affiche de manière décalée sa conception du service grâce à ses affiches : « Une banque qui vous laisse emporter ses stylos », « Une banque ouverte 7 jours sur 7 », « la banque humaine ». Nous n’avons pas pu tester leurs prestations, mais ce type de communication impose de ne pas décevoir le client au risque d’effets dévastateurs. Le positionnement affiché impose en outre aux collaborateurs une implication exemplaire. Mais si la promesse est tenue, il place le client au cœur de la relation et apporte beaucoup plus que le service bancaire de base attendu.

    • Les boutiques pour mobiles sont traditionnellement un peu « gadget », voire bas de gamme. Mobile Spa renverse la tendance en créant un décor chic, en proposant une sélection pointue et originale d’accessoires pour Smartphones et tablettes, en offrant un service complet de réparation sous la promesse « vos téléphones vont être dorlotés ». Recettes en effet dignes des Spa pour un joli positionnement services !

    • Une efficace façon de gérer la file d’attente aux caisses : Pour offrir jusqu’au bout la meilleure expérience à leurs clients lorsqu’ils font leurs courses, Whole Food Market a mis au point un système pertinent :
    • qui permet d’organiser les files d’attente
    • en évitant aux clients de s’impatienter et de s’énerver de ne pas avoir choisi la bonne file
    • en optimisant l’espace occupé dans le magasin
    • grâce à l’utilisation des nouvelles technologies

    Les consommateurs se positionnent dans une file identifiée par une couleur. Un écran leur indique quelle couleur doit aller à quelle caisse. Le gros avantage de ce système est que le client a le sentiment d’être géré, de ne pas perdre son temps, et d’avancer dans sa file, sans imaginer que la file voisine avance plus rapidement. Coup de cœur service de Ciliabule !




    Lire la suite
    MODES & TENDANCES VISITE DU SALON LUXE PACK : COMMENT CRÉER DE LA VALEUR AU PRODUIT PAR LE PACKAGING ?
    Le Luxe Pack se veut le salon du packaging innovant et du luxe. Il se déroule chaque année à New York, Shanghai et Monaco. Le salon présente avant tout les packagings, sacs et accessoires pour les marchés de la cosmétique, parfumerie, vins et spiritueux, pharmacie et épicerie fine. 165 exposants étaient présents et une dizaine de conférences ont eu lieu sur 2 jours. Que retenir ?





    La mode s’applique aussi à l’emballage. Il est difficile d’aller à l’encontre des tendances : « être normal, l’eden, le rationnel et le mystique ». On retrouve dans le packaging 2013/2014 les ingrédients de la fashion-week (source stylesights).





    Car finalement, la plupart des produits de luxe tels que le parfum, est rattachée à une maison de haute- couture. Et utiliser les mêmes codes pour capitaliser sur l’histoire et l’image de la marque semble évident. On retrouve aussi chez les fabricants de papier, imprimeurs, objets publicitaires un retour aux valeurs que notre société plébiscite aujourd’hui : le respect de l’environnement en utilisant des matériaux recyclables, la pureté avec des matériaux la symbolisant tels que le plexiglas, le respect de la nature et le retour à des papiers d’impression plus bruts tout en restant élégant ou des packagings qui pourront avoir une 2ème vie dans le quotidien du consommateur.

    Si le packaging est aussi soigné, c’est parce que selon le magazine Brand Packaging (Avril 2013) il a une influence importante sur la marque et sur l’acte d’achat.



















    L’univers de communication créé par la publicité commence à devenir une réalité pour l’acheteur lorsqu’il tient le packaging en main. En plus de conditionner le produit, le packaging est le premier contact tangible avec la marque. Le luxe l’a compris depuis longtemps : Les marques cherchent à sublimer le produit en apportant des détails au packaging tels que l’embossage, des découpes laser de plus en plus fines, des formes de plus en plus originales, des effets infinis avec du vernis sélectif, des couleurs métalliques.




    Mais au-delà du visuel, le packaging fait maintenant appel aux autres sens : le toucher avec l’effet peau de pêche « soft touch » par exemple, le mélange des matières, ou l’odorat avec les rubans parfumés fabriqués par le groupe français Santex. L’attention apportée au packaging influence l’expérience de marque et le dialogue avec le consommateur s’établit.























    Lire la suite
    LE DISCOURS VALEURS DES MARQUES : BIO, ENGAGEMENT ET CONNIVENCE



    Les valeurs utilisées

    Dans les discours des marques, on retrouve certaines constantes. Détails sur 3 d’entre elles :






    •La mise en avant du bio ou «organic*» : 3⁄4 des américains**, dans les grandes villes principalement, achètent des produits bio*. C’est notamment vrai dans l’alimentaire aussi bien au niveau des produits, des facings que des magasins. Avec un montant de 15 milliards $ de chiffre d’affaires, le bio représente 2,5 % du marché agroalimentaire américain. Portée par les demandes des consommateurs, cette tendance envahit peu à peu d’autres secteurs.

    • Un ton explicatif et cherchant la connivence avec le consommateur : la façon de s’adresser aux consommateurs est souvent extrêmement explicite et détaillée. Plutôt que d’utiliser des formules chocs, les marques prennent soin d’expliquer leur démarche, leur promesse ou leurs valeurs. Elles essaient d’impliquer leurs clients, d’instaurer un dialogue avec eux. Transparentes, elles personnalisent leur discours, peuvent même le faire incarner par un de leurs collaborateurs, utilisent un ton chaleureux et des mots simples appartenant au vocabulaire quotidien. Par ce biais là et suivant les cas, elles légitiment leur raison d’être, se différencient, se rendent visibles, interpellent, bref créent de la valeur. Kiehl’s, marque de cosmétiques créée en 1851 par un pharmacien new-yorkais, expose un squelette pour illustrer son lien historique avec la médecine et crédibiliser son savoir-faire. Elle s’engage en outre dans le recyclage avec l’implication de ses clients. Askinosie, marque de chocolat, affiche sur son packaging les producteurs avec lesquels elle travaille dans le but d’établir une relation entre le produit et le consommateur.









    • Le « Caritatif » pour faire acheter différemment : Un peu à l’image du concept store « Merci » à Paris, Urban Zen est une boutique fondée autour d’un concept « caritatif » par la célèbre styliste Donna Karan. Proposant vêtements et objets de décoration, elle reverse une grande partie de ses recettes à la fondation Stephan Weiss, en hommage à l’artiste du même nom qui était le mari de la créatrice. Dès la porte franchie, le client est pris en main par une vendeuse qui lui explique en détails le concept du magasin. A l’intérieur, flyers, affiches et discours au mur reviennent sur son histoire. Ce positionnement, indissociable de toute l’explication qui en est faite, permet de justifier de prix élevés et attire à lui seul de nombreux clients.

    * Aux USA, le bio est identifié sous un label « organic » qui n’est pas directement équivalent avec un label français
    **Source : Groupe Hartman, “Beyond Organic and Natural 2010”










    Lire la suite
    UN NOUVEAU MODÈLE DE CONSOMMATION : LE TAYLORING ET LE UP-TO-YOU
    New York permet de bien se rendre compte d’une des grandes tendances de consommation actuelle, la personnalisation ou le « up-to-you ». Pour aller plus loin, ces concepts correspondent au double besoin d’accompagnement et de liberté exprimé par les consommateurs actuels : Accompagnement puisque les clients choisissent sur une base existante, et liberté car ils adaptent le produit à leurs souhaits. Permettant donc à leurs clients de se sentir uniques, de plus en plus de marques ont vu là un excellent moyen de doper leurs ventes. Analyse à travers des cas concrets.





    La personnalisation

    De nombreux produits sont désormais personna- lisables : voitures, mobilier, et même nourriture avec les M&M’s.
    Pour des raisons de rentabilité liée notamment aux volumes, c’est le canal e-commerce qui s’est principalement emparé de cette tendance.

    • La marque emblématique Converse en fait aussi un enjeu d’image dans son flagship de Soho en mettant en scène la personnalisation des chaussures. C’est une de ses offres phares, à côté des modèles les plus pointus et rares. Lacets, formes, texture, dessins, couleurs sont personnalisables, 200 options graphiques sont disponibles chaque mois. Le principe est rodé : Après avoir choisi sa paire de converse nue, vous vous rendez à l’atelier au fond du magasin où vous choisissez sur IPad dessins, écriture… Les équipes sont également à disposition pour des demandes particulières. Le prix dépend du degré de personnalisation, mais est en moyenne de 75$ et le délai ultra-rapide de 2/3 jours (donc accessible également aux touristes de passage, bien vu !). La marque capitalise ainsi sur son image et permet à chacun de s’offrir des chaussures à la fois uniques et à la mode.










    Le sur-mesure


    Comme nous le remarquons de plus en plus souvent, les habitudes ou métiers d’antan deviennent des concepts marketing porteurs (un des exemples les plus représentatifs en étant la conciergerie). C’est le cas du sur-mesure qui réinvestit peu à peu le segment du prêt à porter, nous n’en sommes pas à une contradiction sémantique près ! A l’instar de la marque Tailor Corner en France et du nouveau service Tailoring de Hugo Boss, à New York aussi la démocratisation du sur-mesure est en marche. Grâce à la technologie, au digital, à des outils permettant la prise de mesure rapide, la confection du sur-mesure s’industrialise et conquiert un nouveau marché milieu de gamme.




    Principalement consacré aux hommes et aux costumes pour le moment, les marques de vêtements féminins devraient s’engager très vite dans la course.

    • Le magasin Levi’s dans Meatpacking district propose un service haut de gamme de jeans fait à la commande. Pour un prix compris entre 450 et 750$, les esthètes du jeans ou les amoureux aisés de la marque historique s’offrent le jean’s qui leur va parfaitement, avec la toile, la forme, les rivets, la couleur de fil, le type de revers de leur choix. Tout est fait à la main, en utilisant des outils anciens, avec un soin et un sens du détail impressionnants. Le client récupère un jean’s sur-mesure, numéroté à la main, dans une pochette en tissu estampillé « Quality Taylor ». Du luxe discret pour un morceau d’histoire de la marque !





    Lire la suite
    COMMENT LES MARQUES INTÈGRENT-ELLES LE DIGITAL DANS LEUR MARKETING ? RENDRE LE CONSOMMATEUR ACTEUR DE LA MARQUE
    Les ventes en e-commerce aux Etats-Unis sont 10 fois plus importantes qu’en France. Comment dès lors continuer à générer du trafic vers les boutiques ? 

    Touch-screen shopping

    Nous l’avons vu, Flagship et Concept Store permettent à une marque de créer un véritable univers de communication, de donner le ton pour faire parler la marque. Mais aujourd’hui, avec la place prépondérante d’internet et du digital, le contenu de marque (« brand content ») raconté dans une boutique n’est plus toujours suffisant, et la publicité média ne génère plus systématiquement le trafic attendu (« call-to-action »). En effet, on le sait, le consommateur est devenu acteur de la marque, il joue un rôle de plus en plus central dans l’image de marque et sa notoriété. Si on veut l’attirer dans un magasin pour le faire acheter (et non faire du « showrooming » c’est à dire juste essayer le produit et l’acheter ensuite on-line sur un site moins cher), il faut lui faire vivre une expérience.
    Lire la suite
    L’UTILISATION DE LA LANGUE FRANÇAISE DANS LE NAMING DES BOUTIQUES ET RESTAURANTS


    Les marques françaises 

    Traditionnellement, certaines marques françaises se sont implantées aux Etats-Unis en choisissant de conserver leur nom. Le Pain Quotidien (restaurant/ brunch), l’Occitane (cosmétiques), le Palais des Thés, Diptyque (bougies&parfums d’intérieur) et surtout la mode avec Maje, Sandro, Agnès b, Zadig & Voltaire, Comptoir des Cotonniers, The Kooples, Bonpoint, …


    Ce sont essentiellement des marques exerçant dans des domaines d’activité dont l’expertise française est reconnue : nourriture, cosmétique, mode par exemple. Il faut noter que la perception du positionnement peut différer : Petit Bateau et le suisse Lindt sont des marques de luxe aux USA !





    Le cas de la mode est notable : On assiste depuis quelques années à l’essor de marques incarnant le chic français, à des prix raisonnables. Si les grandes maisons de luxe françaises ont depuis longtemps conquis le monde, les américains voient en ces nouvelles marques une alternative aux créateurs américains parfois jugés trop basiques ou trop chers. Certaines d’entre elles tentent de se démarquer en mixant origine française et implantation américaine, à l’image de Sandro qui communique sur du « Made in local ». Ces boutiques se situent principalement dans les quartiers de West Village et de Soho.

    • Le cas Ginette New York : cette marque de mini- joaillerie a été créée par une marseillaise qui l’a d’abord lancée à New York où elle vivait. C’est grâce à son succès américain qu’elle a pu ensuite investir la France où on la trouve aujourd’hui au Bon Marché à Paris par exemple. Son identité franco-américaine, elle la revendique par son nom qui s’appuie sur un prénom très typé accolé à la ville de ses débuts. Outre son succès, la marque a ouvert la voix à un nouveau créneau peu exploité, qui s’est développé depuis et certainement voué à croître une fois les consommateurs plus à l’aise avec ce positionnement intermédiaire : la mini-joaillerie.




    Lire la suite
    Ciliablog